La « fragilité » est une condition fréquente chez les personnes âgées, et l’on considère que le nombre de cas ira en augmentant avec le vieillissement de la population. On estime qu’entre 25 % et 50 % des personnes âgées de plus de 85 ans sont fragiles. Bien qu’il n’y ait pas de définition standardisée de la fragilité, elle est généralement définie comme un état de plus grande vulnérabilité, causé par une diminution des capacités physiologiques de réserve qui altère les mécanismes d’adaptation au stress.

Le syndrome clinique de fragilité a été caractérisé par un phénotype où au moins 3 parmi les 5 critères suivants sont rencontrés chez une personne âgée :

  • Perte de poids involontaire de 10 lb (4,5 kg) durant la dernière année.
  • Épuisement.
  • Faiblesse musculaire (telle que mesurée par la force de préhension).
  • Lenteur dans les déplacements.
  • Faible niveau d’activité physique.

Les femmes, les personnes qui ont un faible revenu et qui sont peu scolarisées, les personnes qui ont une mauvaise santé et celles qui ont d’autres maladies ou un handicap sont plus vulnérables à la fragilité. La fragilité est un facteur prédictif de nombreux effets néfastes pour la santé chez les personnes âgées, tels les chutes, fractures, problèmes de mobilité, hospitalisations, démences, mortalité prématurée, et est associée à une moins bonne qualité de vie.

La nutrition est reconnue depuis longtemps comme l’un des facteurs importants pour vieillir en santé et elle joue un rôle crucial dans le syndrome de fragilité chez les personnes âgées. Bien connu pour contribuer à une bonne santé cardiovasculaire, le régime méditerranéen pourrait aussi prévenir et traiter la fragilité chez les personnes âgées. Une méta-analyse de 4 études prospectives auprès de 5789 personnes âgées, a examiné l’association entre l’adhésion à un régime alimentaire méditerranéen et des incidents causés par la fragilité. Les participants qui adhéraient le plus au régime méditerranéen avaient un risque 56 % moins élevé de devenir fragiles, comparés à ceux dont l’adhésion à ce régime alimentaire était faible. On observe cependant que l’effet du régime alimentaire varie beaucoup d’une étude à l’autre. Par exemple, dans l’étude de Hong Kong auprès de 2724 personnes âgées, l’adhésion au régime méditerranéen ne réduisait le risque de devenir fragile que de 8 %. Il est possible que cela soit dû à l’absence d’huile d’olive dans le régime alimentaire des Hongkongais. D’autre part, une étude réalisée en Toscane dans le nord de l’Italie indique que les participants qui adhéraient davantage au régime méditerranéen avaient un risque 70 % moins élevé de devenir fragiles après 6 ans, comparé à ceux dont l’alimentation satisfaisait moins les critères du régime méditerranéen. Dans cette même étude, une adhésion au régime méditerranéen était associée à un risque réduit de 38 % d’avoir un faible niveau d’activité physique, et à un risque 52 % moins élevé de marcher lentement, mais n’a pas modifié la sensation d’épuisement et la faible force musculaire. Dans une étude espagnole (incluse dans la méta-analyse citée plus haut), les participants âgés qui adhéraient davantage à un régime alimentaire « occidentalisé » (riche en aliments à base de grains raffinés, viandes rouges et viandes transformées, produits de lait entier, mais pauvre en fruits et légumes) avaient un plus grand risque de marcher lentement et d’avoir perdu du poids, deux indicateurs de fragilité.

Dans une étude auprès de 2570 femmes âgées de 18 à 79 ans, les participantes qui consommaient davantage d’aliments du régime méditerranéen avaient une masse musculaire plus élevée et plus de puissance musculaire dans les jambes, comparées à celles qui en consommaient le moins. Ces associations étaient plus marquées pour les femmes de plus de 50 ans que pour les femmes plus jeunes, ce qui indique l’importance d’une bonne alimentation pour prévenir la sarcopénie (perte de masse musculaire) chez les personnes âgées, qui est une composante importante de la fragilité.

Il n’est pas facile d’identifier quelles sont les composantes précises du régime alimentaire qui protègent de la fragilité, mais certains chercheurs sont d’avis que c’est l’effet anti-inflammatoire du régime qui pourrait apporter un effet protecteur. Les données suggèrent qu’un ensemble de nutriments provenant d’une grande diversité d’aliments (plutôt que quelques nutriments spécifiquement) ont des rôles synergiques et interactifs dans la réduction de l’inflammation. Plusieurs études épidémiologiques suggèrent que les personnes qui ont un régime alimentaire de haute qualité ont moins d’inflammation, indépendamment des facteurs de risque cardiovasculaires classiques. Il a été démontré que certains aliments et nutriments augmentent l’inflammation. Par exemple, les acides gras trans sont associés à une augmentation des niveaux de marqueurs de l’inflammation et une augmentation du risque de développement du diabète de type 2. Par contre, la consommation d’acides gras à longue chaîne de type omega-3 (poissons gras, graines de lin) est associée à une baisse des marqueurs de l’inflammation et des niveaux de triglycérides. Plusieurs composés phytochimiques contenus dans les grains entiers et l’huile d’olive extra-vierge pourraient être en partie responsables des effets anti-inflammatoires et antioxydants de ces aliments à la base du régime méditerranéen. Les grains entiers contiennent des composés phénoliques (acide férulique, alkylrésorcinol, apigénine, lignanes) qui ont des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et anticancéreuses dans des modèles animaux. L’huile d’olive contient des molécules antioxydantes telles l’α-tocophérol et des caroténoïdes et des phytostérols et de l’oleuropéine. De plus, l’huile d’olive extra-vierge contient de l’oléocanthal, un composé phytochimique qui donne le goût poivré à cette huile et qui provoque une sensation de picotement dans la gorge. L’oléocanthal a une activité anti-inflammatoire comparable à l’ibuprofène et autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, par le même mécanisme d’inhibition de l’enzyme cyclooxygénase. La dose d’oléocanthal prodiguée par l’huile d’olive dans le régime méditerranéen n’est pas suffisante pour produire à elle seule un effet anti-inflammatoire puissant, mais elle pourrait être suffisante pour apporter une protection contre l’agrégation des plaquettes sanguines et la thrombose coronaire, et donc prévenir la maladie coronarienne.

Un style de vie et non pas uniquement un régime alimentaire.
Le régime méditerranéen existe dans un contexte culturel où la nourriture est une partie importante du style de vie. Dans cette culture, préparer la nourriture et la partager avec la famille et les amis est une source de plaisir et permet de socialiser et de ressentir une appartenance à sa communauté. Adopter un style de vie de type méditerranéen, ce n’est pas uniquement manger mieux, c’est aussi bouger davantage et avoir plus d’engagements dans la société, des activités qui peuvent aider grandement à réduire ou retarder la fragilité chez les personnes âgées.

Pour plus d’informations sur le régime méditerranéen et ses bienfaits, voir nos autres articles sur le sujet :

Qu’est-ce que le régime méditerranéen ?
Les bénéfices du régime méditerranéen pour la santé cardiovasculaire
Planifier un menu de type « méditerranéen »
L’huile d’olive, l’âme du régime méditerranéen
Pour prévenir les maladies cardiovasculaires, privilégiez les protéines et les gras d’origine végétale

 

 

 

 

 

Partager cet article: