Les « sportifs du week-end » ont-ils une bonne santé cardiovasculaire ?

Les « sportifs du week-end » ont-ils une bonne santé cardiovasculaire ?

L’activité physique pratiquée durant les loisirs est associée à une réduction du risque de maladie cardiovasculaire, de cancer et de mortalité, toutes causes confondues. Pour cette raison, et aussi pour améliorer l’endurance cardio-respiratoire, l’état musculaire et osseux, et réduire le risque de maladies non transmissibles et de dépression, l’Organisation mondiale de la Santé a fait les recommandations suivantes en matière d’activité physique :

  1. Les adultes âgés de 18 à 64 ans devraient pratiquer au moins, au cours de la semaine, 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.
  2. L’activité d’endurance devrait être pratiquée par périodes d’au moins 10 minutes.
  3. Pour pouvoir en retirer des bénéfices supplémentaires sur le plan de la santé, les adultes devraient augmenter la durée de leur activité d’endurance d’intensité modérée de façon à atteindre 300 minutes par semaine ou pratiquer 150 minutes par semaine d’activité d’endurance d’intensité soutenue, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.
  4. Des exercices de renforcement musculaire faisant intervenir les principaux groupes musculaires devraient être pratiqués au moins deux jours par semaine.

Ces recommandations sont largement reconnues et promues par les autorités de santé publique et la communauté médicale, mais elles ne sont pas très spécifiques quant à la fréquence des exercices. Par exemple, il est possible de satisfaire aux deux premières recommandations aussi bien en faisant 30 minutes d’exercice modéré pendant 5 jours qu’en faisant 75 minutes d’exercice d’intensité soutenue en une seule séance. Obtient-on autant de bienfaits dans le second cas de figure que dans le premier ? Cette question est importante puisque dans nos sociétés modernes où le travail et les responsabilités familiales sont très prenants, l’activité physique est de plus en plus pratiquée le week-end seulement. Les personnes qui choisissent de faire tous leurs exercices en 1 ou 2 jours seulement sont appelées familièrement « sportifs du week-end » (weekend warriors).

La première étude qui s’est penchée sur les habitudes d’activité physique remonte à 2004. Dans cette étude, les 8421 hommes de la cohorte ont été classés en 4 groupes : « sédentaires » (<500 kcal/semaine), « insuffisamment actifs » (500-599 kcal/semaine), « sportifs du week-end » (≥1000 kcal/semaine, en 1 ou 2 séances de sport/semaine) et « régulièrement actifs » (≥1000 kcal/semaine). Par comparaison aux sédentaires, le risque relatif de mortalité (toutes causes confondues) était réduit de 25 % pour les participants « insuffisamment actifs » (ceux qui font moins d’exercice que recommandé), de 15 % pour les « sportifs du week-end » et de 36 % pour les participants régulièrement actifs. Ces résultats indiquent qu’il y a un bénéfice à l’exercice pratiqué en une journée ou deux, mais peut-être pas autant que si l’on s’exerce régulièrement. Une analyse plus approfondie des données indique que parmi les participants qui n’avaient aucun facteur de risque majeur, les sportifs du week-end avaient en moyenne 59 % moins de risque de mourir prématurément que les sédentaires. Par contre, ce n’était pas le cas pour les personnes qui avaient au moins un facteur de risque majeur (tabagisme, surpoids, hypertension, hypercholestérolémie) puisque parmi ceux-ci les sportifs du week-end avaient le même risque de mourir prématurément que les sédentaires et seuls les hommes régulièrement actifs avaient un risque moindre (-39 %) de mortalité prématurée. 

Une étude de plus grande ampleur auprès de 63 591 hommes et femmes adultes de plus de 40 ans qui ont été suivis entre 1994 et 2012 a été publiée dans le journal médical JAMA Internal Medecine en 2017. Cette étude a une puissance statistique beaucoup plus grande que l’étude de 2004 décrite plus haut et examine les associations entre les habitudes d’activité physique et la mortalité due à la maladie cardiovasculaire ou au cancer, en plus de la mortalité toutes causes confondues. Parmi les participants, 63 % étaient classés comme inactifs, 22 % comme insuffisamment actifs, 4 % comme sportifs du week-end et 11 % comme régulièrement actifs. Comparé aux participants inactifs, le risque relatif de mortalité (toutes causes confondues) était réduit de 31 %, 30 % et 35 % pour les participants insuffisamment actifs, les sportifs du week-end et les participants régulièrement actifs, respectivement. Le risque relatif de mortalité de cause cardiovasculaire (voir la figure, ci-dessous) était réduit de 36 %, 40 % et 41 % pour les participants insuffisamment actifs, les sportifs du week-end et les participants régulièrement actifs, respectivement, en comparaison avec les participants inactifs. Enfin, comparé aux participants inactifs, le risque relatif de mortalité due au cancer était réduit de 14 %, 18 % et 21 % pour les participants insuffisamment actifs, les sportifs du week-end et les participants régulièrement actifs, respectivement. Ces résultats ont pris en considération l’âge, le sexe, le tabagisme, la profession et les maladies chroniques. Les auteurs concluent que les activités physiques pratiquées par les sportifs du week-end, caractérisées par une ou deux séances par semaine, pourraient être suffisantes pour réduire les risques de mortalité de toute cause et celle causée par la maladie cardiovasculaire ou le cancer. C’est une très bonne nouvelle pour ceux qui ne peuvent faire davantage d’exercice physique qu’une ou deux fois par semaine.

Figure. Associations entre les habitudes d’activités physiques et le risque de mortalité. Résultats ajustés pour l’âge, le sexe, le tabagisme, la profession et les maladies chroniques. Selon O’Donovan et coll., 2017.

Dans un éditorial publié peu après dans le British Journal of Sports Medecine, les auteurs de l’étude britannique ont fait des analyses supplémentaires afin de déterminer combien d’activité physique les participants insuffisamment actifs devaient faire pour en retirer des bénéfices pour la santé. Il ne semble pas y avoir de relation dose-effet entre la quantité d’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse et la mortalité de toutes causes pour les participants insuffisamment actifs. Par contre, il y a une relation linéaire significative entre la quantité totale d’activité (de n’importe quelle intensité) et le risque de mortalité de toutes causes. Ces résultats suggèrent donc qu’une partie des bienfaits observés chez les personnes insuffisamment actives pourraient provenir d’activités physiques non reliées à l’exercice, telle la marche de faible intensité.

Dans des analyses transversales, les auteurs ont observé une nette association dose-effet entre plusieurs facteurs de risque traditionnels (cholestérol-HDL, hémoglobine glyquée [HbA1c], fibrinogène, protéine C-réactive, indice de masse corporelle, pression artérielle, forme cardio-respiratoire) et le niveau d’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse. Le profil de facteurs de risque le plus favorable a été observé systématiquement chez les participants régulièrement actifs (ceux qui font le minimum d’activité physique recommandé en plus de 2 séances par semaine) et dans une moindre mesure chez les sportifs du week-end.

Les sportifs du week-end de cette étude avaient une forme cardio-respiratoire à peine moins bonne que celle des participants actifs régulièrement. Ce n’est pas surprenant quand l’on sait que la plupart des sportifs du week-end font des activités physiques vigoureuses (94 % participaient à des sports vigoureux), et cela suggère que l’intensité de l’activité physique pourrait être aussi importante que la quantité. Il y a tout de même de bonnes raisons de s’exercer quotidiennement ou plus régulièrement que les sportifs du week-end, incluant un plus faible risque de blessures musculo-squelettiques et les bienfaits sur la cognition et l’humeur.

 

Peut-on vraiment être obèse et en bonne santé ?

Peut-on vraiment être obèse et en bonne santé ?

MIs à jour le 5 juin 2018

Les personnes qui sont en surpoids, et plus particulièrement celles dont l’excès de gras est localisé au niveau abdominal, présentent fréquemment une série de dérèglements du métabolisme collectivement regroupés sous le terme de « syndrome métabolique » (voir l’encadré). Les personnes qui sont touchées par un ou deux de ces dérèglements ont deux fois plus de risque d’être affectées prématurément par une maladie cardiovasculaire, une hausse qui peut même atteindre 5 fois chez les individus qui présentent l’ensemble de ces conditions et qui en plus sont diabétiques.

Le syndrome métabolique

Le syndrome métabolique n’est pas une maladie au sens strict du terme, mais un regroupement d’un certain nombre de dérèglements du métabolisme qui, pris collectivement, augmentent de façon très importante le risque de maladies cardiovasculaires. Cliniquement, ce syndrome est défini par les anomalies suivantes :

– Tour de taille supérieur à 102 cm pour les hommes et à 88 cm pour les femmes

– Hypertriglycéridémie (> 1,7 mmol/L)

– Cholestérol-HDL bas (< 1,0 mmol/L pour les hommes et < 1,3 mmol/L pour les femmes)

– Taux de glucose à jeun élevé (> 6,1 mmol/L)

– Hypertension (>135/85 mm Hg)

Les mécanismes impliqués dans la genèse du syndrome métabolique sont d’une grande complexité, mais mentionnons seulement que c’est la résistance à l’insuline qui se développe chez les personnes en surpoids qui est la grande responsable de ces anomalies (voir notre article sur la question).

Obésité « santé » ?

Certaines études ont observé qu’une certaine proportion des personnes obèses (pouvant varier entre 6 et 40 % selon les critères utilisés pour définir ce qui est « normal ») ne présentent pas ces dérèglements du métabolisme typiques de la surcharge pondérale et peuvent en conséquence être considérées en « bonne santé métabolique » (« fat but fit », selon l’expression anglaise).  Ces personnes ont une glycémie et des taux d’insuline normaux, ne sont pas hypertendues et possèdent un profil de lipides sanguins normal. En conséquence, malgré leur obésité, il a été proposé (ici et ici, par exemple) que ces personnes ne sont pas plus à risque d’être touchées par le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires que la population de poids normal.

Plusieurs études réalisées au cours des dernières années ont cependant remis en question ce concept « d’obésité santé ».  D’une part, une méta-analyse de 8 études (plus de 60,000 patients) indique que les personnes obèses en bonne santé métabolique ont un risque accru (25 %) de mortalité totale ou liée à des événements cardiovasculaires comparativement aux personnes minces. Une autre méta-analyse combinant les données acquises sur un plus grand nombre d’études (22 études prospectives impliquant plus d’un demi-million de participants) en arrive à des conclusions similaires, c’est-à-dire que les personnes obèses étaient plus à risque d’être touchées par un événement cardiovasculaire (hausse de 60 %), et ce, même si elles étaient en bonne santé métabolique.  Ces résultats ont été confirmés par une très grande étude, réalisée auprès de 3,5 millions d’individus, et qui montre que les personnes obèses et considérées en bonne santé métabolique demeurent à plus haut risque de maladies coronariennes, d’AVC et d’insuffisance cardiaque comparativement à celles qui ne présentent pas d’anomalies métaboliques et qui sont de poids normal.

État transitoire

Une étude récemment publiée dans le journal du collège américain de cardiologie (JACC) suggère que cette hausse du risque de maladies cardiovasculaires observée chez les personnes obèses, même celles sont en bonne santé métabolique, est dû au fait que cet état est transitoire : les chercheurs ont en effet observé qu’environ la moitié des personnes obèses avaient développé un syndrome métabolique au cours des 10 années de l’étude, et que plus l’apparition de ce syndrome était précoce, plus grand était le risque de maladies cardiovasculaires. Ce concept de l’obésité santé comme un état temporaire est également suggéré par les résultats d’une étude réalisée auprès d’une cohorte de fonctionnaires britanniques (étude Whitehall II)  et qui montrait que la moitié des personnes obèses en bonne santé  métabolique étaient devenues en mauvaise santé dans les 20 années suivantes.  Même chose pour les femmes participant à la Nurses’ Health Study: sur une période de 24 ans, pas moins de 85 % des femmes en surpoids sont devenues en mauvaise santé métabolique, une transition qui s’est accompagnée d’une hausse significative du risque d’événements coronariens.  Autrement dit, le corps peut compenser à court terme les dérèglements causés par l’excès de masse adipeuse, mais cette adaptation est la plupart du temps temporaire de sorte qu’une exposition prolongée à l’obésité finit par altérer le métabolisme et favoriser le développement de maladies cardiovasculaires.

Dommages collatéraux

Il faut aussi mentionner que les effets de l’obésité ne se limitent au risque de développer une maladie coronarienne ou un AVC.  Même dans les études où les personnes obèses en bonne santé métabolique ne présentaient pas de hausse du risque d’infarctus, une importante hausse du risque d’insuffisance cardiaque (70 %) a été observée, un effet sans doute lié à l’augmentation du volume sanguin et à de la charge de travail du muscle cardiaque chez les personnes obèses.

De plus, le concept d’obésité santé peut être relatif.  Même si une personne en surpoids est en bonne santé métabolique, sans présenter de signes avant-coureurs de diabète, d’hypertension ou de maladies cardiovasculaires, elle demeure néanmoins à plus haut risque de développer certaines maladies que les personnes de poids normal (ostéoarthrite, maladies pulmonaires, phlébites, infertilité, certains types de cancers, etc.).  Commne le mentionnait récemment les Drs Paul Poirier et Jean-Pierre Després dans la revue Circulation,  ce qui peut être considéré « santé » par un endocrinologue (glycémie et réponse à l’insuline normales) ne l’est pas nécessairement pour un orthopédiste qui est appelé à traiter les douleurs musculo-squelettiques d’une personne obèse.

Même s’il est encore peu connu par la population en général, le lien entre obésité et cancer est particulièrement préoccupant, car une analyse réalisée par les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) américains a montré que le surpoids augmente le risque de treize types de cancers, et que sur les quelque 630,000 cancers diagnostiqués en 2014 aux États-Unis, environ 40 % d’entre eux étaient liés à un poids excessif.   Cette hausse du risque ne semble pas épargner pas les personnes obèses en bonne santé métabolique, car ces personnes sont significativement plus à risque de développer des adénomes colorectaux, un précurseur bien caractérisé de cancer colorectal.

En somme, on doit donc considérer que dans la grande majorité des cas, l’obésité est un état pathologique incompatible avec une bonne santé, associé à une hausse importante du risque de plusieurs maladies graves, incluant les maladies cardiovasculaires, le diabète et plusieurs types de cancers.

Le mariage réduirait le risque de démence

Le mariage réduirait le risque de démence

La démence est devenue un enjeu de société mondial important à cause du vieillissement de la population, de l’augmentation du nombre de personnes atteintes et de l’absence de traitement efficace. Selon des estimations, il pourrait y avoir plus de trois fois plus de personnes atteintes de démence en 2050 qu’en 2010. Sachant qu’environ 60 % des cas de démence sont dus à la maladie d’Alzheimer, il pourrait y avoir 106 millions de personnes atteintes de cette maladie dans le monde en 2050, par rapport à 30 millions en 2010. Environ un tiers des cas de maladie d’Alzheimer pourraient être attribuable à des facteurs de risque modifiables. L’incidence de cette maladie pourrait être réduite en améliorant l’accès à l’éducation et en instaurant des mesures pour promouvoir la réduction des facteurs de risque vasculaires (inactivité physique, tabagisme, hypertension, obésité et diabète au mi-temps de la vie) et la dépression.

Une récente méta-analyse de 15 études auprès de 812 047 participants indique que les personnes mariées ont un risque moins élevé de développer une démence que les personnes qui ont été célibataires tout au long de leur vie et que les personnes veuves. Le risque de démence des célibataires à vie est 42 % plus élevé que celui des personnes mariées, alors que celui des personnes veuves est 20 % plus élevé. Les personnes divorcées n’ont pas plus de risque de démence que les personnes mariées, mais les auteurs notent que ce résultat peut être dû au nombre peu élevé de divorcés inclus dans les études analysées.

L’effet protecteur du mariage peut être expliqué de plus d’une façon. Premièrement, le mariage pourrait réduire l’exposition des individus aux facteurs de risque modifiables de la démence. Il y a des indications que les personnes mariées sont plus enclines à avoir un style de vie plus sain. Le risque résiduel plus élevé pour les personnes vivant seules tout au long de leur vie, après pondération pour l’âge, le genre, l’éducation et la santé physique, est probablement dû à une différence dans les interactions sociales quotidiennes. Les interactions sociales peuvent contribuer à construire une « réserve cognitive » et à réduire le risque de démence au cours de la vie. La réserve cognitive signifie qu’un individu a une plus grande capacité à surmonter des atteintes neuropathologiques en utilisant des approches cognitives compensatoires, ce qui permet au cerveau de maintenir sa capacité d’apprendre et de fonctionner dans la vie de tous les jours.

Deuxièmement, le décès d’un conjoint peut avoir un effet direct sur le risque de démence, à cause de l’effet néfaste du stress sur les neurones de l’hippocampe ou sur la cognition. Troisièmement, le développement d’une démence peut être lié à d’autres facteurs sous-jacents, tels des caractéristiques cognitives ou des traits de personnalité. Dans des sociétés où le mariage est encore la norme, les personnes qui ont moins de souplesse d’esprit et qui ont des difficultés à communiquer, et qui par conséquent développent moins de réserve cognitive au cours de leur vie sont peut-être moins enclines à se marier. Le mariage est moins commun en Occident depuis la dernière moitié du 20esiècle, et il est probable que les personnes vivant seules qui sont nées à cette époque ont moins de traits cognitifs et de personnalité inhabituels que les générations précédentes. Il semble que les célibataires d’aujourd’hui sont plus susceptibles que les personnes mariées de maintenir des liens sociaux, de donner ou recevoir de l’aide d’amis et parents.

Les facteurs de risques de démence.
Un rapport de la « Lancet Commission on Dementia Prevention, Intervention and Care » définit neuf facteurs de risque de démence potentiellement modifiables (voir tableau 1). L’éducation et la perte d’audition sont les facteurs de risque de démence les plus importants. Les facteurs de risque qui pourraient être liés aux célibataires et aux personnes veuves, tels l’isolement social (risque relatif de 1,6) et la dépression (risque relatif de 1,9), ont une fraction étiologique du risque de 2,3 % et 4,0 %, respectivement (estimation des cas de démence qui pourraient être évités si l’exposition au facteur de risque était éliminée).

Tableau 1. Facteurs de risque de démence potentiellement modifiables.
Adapté de Livingston et coll., 2017.

 Risque relatif de démencePrévalenceFraction étiologique du risque (FER) pondérée
Dans l’enfance et l’adolescence (<18 ans)
Moins d’éducation (pas du tout ou à l’école primaire seulement)1.640 %7,5 %
Âge mûr (45-65 ans)
Hypertension1.68,9 %2,0 %
Obésité1.63,4 %0,8 %
Perte d’audition1.931,7 %9,1 %
Âge avancé (>65 ans)
Tabagisme1.627,4 %5,5 %
Dépression1.913,2 %4,0 %
Inactivité physique1.417,7 %2,6 %
Isolement social1.611,0 %2,3 %
Diabète1.56,4 %1,2 %

Ne pas être marié a été associé à plusieurs comportements délétères pour la santé et à plusieurs problèmes de santé. Par exemple, une étude prospective auprès d’une cohorte de 16 311 Néerlandais indique que les personnes mariées sont plus susceptibles de pratiquer des activités positives pour la santé, comme faire de l’exercice physique ou prendre un petit-déjeuner, et sont moins enclines à entreprendre des activités néfastes pour la santé comme fumer ou boire de l’alcool en quantité excessive.

Les personnes mariées ont un risque moindre de mourir prématurément que les célibataires. Une étude a estimé que les personnes qui n’ont jamais été mariées ont un risque 2,33 fois plus élevé de mourir prématurément que les personnes mariées durant toute leur vie. Les personnes qui ont déjà été mariées (divorcées ou séparées) ont elles un risque 1,64 fois plus élevé de mourir prématurément que les personnes mariées durant toute leur vie. Si on considère l’état matrimonial au mi-temps de la vie (40-69 ans) spécifiquement, les risques de mort prématurée sont 2,59 et 3,10 plus élevés pour les personnes qui n’ont jamais été mariées et celles qui l’ont déjà été, mais qui vivent désormais seules, respectivement. Des ajustements pour tenir compte de la personnalité (optimisme vs pessimisme) et des facteurs de risques pour la santé (tabagisme, niveaux d’exercice, consommation d’alcool, etc.) réduisent, mais n’éliminent pas l’impact du statut matrimonial.

Les femmes et la maladie coronarienne

Les femmes et la maladie coronarienne

Jusqu’à tout récemment, davantage d’attention a été portée au cancer du sein qu’aux maladies cardiaques chez les femmes ; or les risques d’être touchées par la maladie coronarienne sont plus élevés que pour le cancer du sein. En effet, le risque d’une femme de 50 ans d’être affectée par un cancer du sein au cours des dix prochaines années est de 2,4 % (le risque est de 12 % au cours de toute sa vie), alors que le risque d’être touchée par la maladie coronarienne est de 46 %.

On considère souvent, à tort, que la maladie coronarienne et les crises cardiaques touchent principalement les hommes. Il est vrai qu’avant la ménopause les femmes sont moins touchées que les hommes par la maladie coronarienne, mais le risque de développer cette maladie augmente après la ménopause et, à partir de 75 ans, les femmes et les hommes ont un risque égal d’être atteints par la maladie coronarienne.  En conséquence, les maladies cardiovasculaires représentent la deuxième cause de décès après le cancer au Canada, et ce autant pour les femmes (18,5 %) que pour les hommes (20,5 %).

 Symptômes spécifiques et diagnostic de la crise cardiaque chez les femmes
Le diagnostic d’infarctus du myocarde est souvent établi moins rapidement pour les femmes que pour les hommes. Ce retard s’explique par le fait que :

1) les femmes ont tendance à minimiser la gravité de leurs symptômes et à recourir à de l’aide médicale plus tardivement que les hommes ;

2) le diagnostic de crise cardiaque peut être plus difficile à établir chez les femmes que chez les hommes.

Cette difficulté s’explique en partie par le fait que les femmes ont davantage de symptômes atypiques de crise cardiaque que les hommes. Normalement, les symptômes classiques d’une crise cardiaque sont un inconfort au niveau de la poitrine prenant la forme d’une compression, d’un engorgement ou d’une douleur qui dure plus de quelques minutes, ou qui disparaît et revient. Par contre, certaines études montrent que plus de femmes que d’hommes ne rapportaient pas de douleur thoracique (19 % contre 13 %), et étaient plus susceptibles de présenter d’autres symptômes, les plus communs étant :

  • Douleurs au cou, à la mâchoire, aux épaules et à l’abdomen (plutôt qu’à la poitrine)
  • Essoufflement
  • Nausées ou vomissements
  • Étourdissements ou vertiges
  • Fatigue inhabituelle
  • Transpiration excessive

Ces derniers symptômes sont plus subtils que l’habituelle douleur à la poitrine souvent associée à la crise cardiaque.

Figure 1. Symptômes de la crise cardiaque (infarctus du myocarde) chez la femme et chez l’homme. Traduit et adapté de Generations Family Practice.

Ces difficultés à établir un diagnostic précis de crise cardiaque en raison de symptômes mal définis pourraient expliquer pourquoi les femmes meurent davantage d’une crise cardiaque que les hommes durant leur séjour à l’hôpital. Il faut cependant noter que d’autres études suggèrent que trop d’insistance a été mise sur les différences homme-femme en ce qui concerne les douleurs thoraciques et que la vaste majorité (92 %) des patients, autant hommes que femmes qui ont eu une crise cardiaque se sont plaints d’une douleur ou d’un inconfort à la poitrine.

Mortalité due à la maladie coronarienne
Les taux de mortalité due à la maladie coronarienne ont chuté considérablement durant les quatre dernières décennies en Occident. Par exemple, le taux de mortalité des Américains adultes a chuté de 395 à 125 décès par 100 000 pour les femmes (–68,4 %) et de 703 à 225 décès par 100 000 pour les hommes (–68,0 %) entre 1979 et 2011. Les données américaines récentes montrent que le taux de mortalité coronarienne a baissé à un rythme constant depuis une vingtaine d’années pour les femmes et les hommes âgés de 65 ans et plus (voir la figure 2 ci-dessous, voir aussi ici et ici). Cependant, depuis 1990 il y a un ralentissement important de la réduction de mortalité pour les jeunes (25 à 54 ans), tout particulièrement pour les jeunes femmes (figure 2, panneau du haut). En effet, après une diminution importante de la mortalité coronarienne des jeunes personnes entre 1979 et 1989 (–4,6 %/an pour les femmes et –5,5 %/an pour les hommes), la situation a cessé de s’améliorer notablement entre 1990 et 1999 (+0,1 %/an pour les femmes et –1,2 %/an pour les hommes) et entre 2000 et 2011 (–1,0 %/an pour les femmes et –1,8 %/an pour les hommes).

Figure 2. Tendances des taux de mortalité due à la maladie coronarienne pour les femmes et les hommes de trois groupes d’âge (25-55 ans ; 55-64 ans ; 65 ans et plus) aux États-Unis entre 1979 et 2011. D’après Wilmot et coll., 2015.

Les causes de cette amélioration médiocre du taux de mortalité coronarienne pour les jeunes femmes depuis une vingtaine d’années ne sont pas connues. Les causes, les facteurs de risque, et les conséquences de la maladie coronarienne ont surtout été étudiés auprès de populations âgées et les jeunes femmes y sont particulièrement sous-représentées. Contrairement à la perception répandue, les jeunes adultes (<50 ans) représentent jusqu’à 22 % des admissions à l’hôpital pour un syndrome coronarien aigu, et environ 25 % des patients de moins de 55 ans admis à l’hôpital pour un infarctus du myocarde aigu sont des femmes. Comparée aux hommes, les jeunes femmes ont davantage de comorbidités, font de plus longs séjours à l’hôpital et plus de femmes y décèdent. De plus, le score du risque de Framingham (estimation du risque cardiovasculaire) pour les femmes âgées de 35 à 54 ans a augmenté en moyenne de 3 % entre 1988 et 1994 et de 3,3 % entre 1995 et 2004.

 Facteurs de risque de la maladie coronarienne
Il y a tout d’abord les facteurs de risque non modifiables, c’est-à-dire ceux qui ne dépendent pas de notre volonté, qui sont responsables d’environ 15 à 20 % des décès associés aux maladies coronariennes : l’âge, le sexe et l’hérédité. Les femmes sont touchées par les maladies cardiovasculaires en moyenne dix années plus tard que les hommes, en raison de la protection offerte par les œstrogènes. Les facteurs de risque modifiables traditionnels de la maladie coronarienne sont les mêmes pour les femmes que pour les hommes : taux de cholestérol-LDL sanguin élevé, hypertension, obésité, résistance à l’insuline (hyperglycémie), syndrome métabolique. La mauvaise alimentation, le manque d’activité physique, le tabagisme et le stress excessif sont les quatre facteurs de risque primordiaux qui augmentent le risque de mortalité. Le cas échéant, votre médecin prescrira des médicaments pour réduire les facteurs de risque traditionnels (par exemple une statine pour diminuer le cholestérol-LDL ou un antihypertenseur si votre pression artérielle est élevée), mais il est très avantageux d’adopter une approche préventive en modifiant ses habitudes de vie (meilleure alimentation, faire de l’exercice, cesser de fumer), afin de diminuer les facteurs de risque et de bénéficier de l’ensemble des bienfaits des saines habitudes de vie.

Il y a des différences entre les femmes et les hommes quant à certains facteurs de risque. Les femmes diabétiques ont un risque plus élevé de maladie coronarienne que les hommes diabétiques. Le cœur des femmes est davantage affecté par le stress et la dépression que les hommes.   Le tabagisme est un facteur de risque plus important pour les femmes que les hommes. Les niveaux plus faibles d’œstrogènes après la ménopause sont un risque significatif de développer une microangiopathie. Enfin, la pression artérielle élevée ou le diabète durant la grossesse peut augmenter le risque à long terme d’hypertension et de diabète et augmenter le risque de développer une maladie cardiaque chez les mères et leurs enfants.

Les femmes de tout âge devraient prendre au sérieux les maladies cardiaques. Les femmes de moins de 65 ans, spécialement celles qui ont des antécédents familiaux de maladie cardiovasculaire, doivent se préoccuper des facteurs de risque. Parmi les changements dans le style de vie que les femmes peuvent faire pour réduire le risque de maladie cardiovasculaire les plus importants sont :

  • Cesser de fumer
  • Faire de l’exercice régulièrement (150 min/semaine, en segments de 10 min ou plus)
  • Maintenir un poids santé
  • Adopter un régime alimentaire sain, à base de céréales à grains entiers, fruits et légumes variés, légumineuses, produits laitiers à faible teneur en gras et de la viande maigre (volailles, poissons). Éviter les aliments ultra-transformés qui contiennent des gras trans et saturés, des sucres ajoutés et beaucoup de sel ainsi que les viandes rouges transformées (bacon, charcuteries). Éviter le plus possible les aliments industriels offerts par les chaînes de restauration rapide (fast-food).
Pour prévenir les maladies cardiovasculaires, privilégiez les protéines et les gras d’origine végétale

Pour prévenir les maladies cardiovasculaires, privilégiez les protéines et les gras d’origine végétale

Les grands principes d’une saine alimentation sont connus depuis plusieurs années et sont bien résumés par l’assiette « santé » conçue par des experts en nutrition de l’Université Harvard (voir la figure ci-dessous) :  il s’agit simplement de faire une large place aux aliments d’origine végétale (fruits, légumes, légumineuses, céréales à grains entiers), réduire la consommation de produits d’origine animale (les viandes rouges, par exemple) et d’éviter le plus souvent possible les aliments industriels transformés (comme les charcuteries, les boissons sucrées et la malbouffe en général).

Cette assiette est très différente de celle de la majorité des habitants des pays industrialisés : non seulement nous ne mangeons pas suffisamment d’aliments d’origine végétale, mais, en plus, la majeure partie de nos calories quotidiennes provient de produits industriels transformés.  Il n’y a pas de doute que ce type d’alimentation contribue à la forte incidence de maladies chroniques qui touche notre société, en particulier les maladies cardiovasculaires.

Gras monoinsaturés : l’huile d’olive supérieure au canard

Les bénéfices associés à une consommation accrue d’aliments d’origine végétale sont bien illustrés par deux études récentes qui ont comparé l’impact des gras et des protéines d’origine végétale ou animale sur le risque de maladie et de mortalité cardiovasculaires.

Dans la première étude, les chercheurs se sont penchés sur l’association existant entre l’apport alimentaire en acides gras monoinsaturés et le risque d’être touché par une maladie coronarienne. Ce type de matières grasses est très répandu dans l’alimentation (voir encadré) et l’originalité de cette étude est d’être parvenue pour la première fois à distinguer l’effet des gras monoinsaturés provenant des végétaux de ceux présents dans les produits animaux.   En examinant les habitudes alimentaires de 93,384 hommes et femmes pendant une période de 12 ans, les chercheurs ont noté qu’un apport élevé en gras monoinsaturés d’origine végétale était associé à une diminution (17 %) du risque d’un événement coronarien, tandis qu’à l’inverse, la consommation de gras monoinsaturés d’origine animale était associée à une légère hausse (5-10%) de ce risque.  Selon les auteurs, il est probable que cette différence s’explique par la présence simultanée de gras saturés dans les aliments d’origine animale qui contrecarre l’effet bénéfique des gras monoinsaturés. En conséquence, la meilleure façon de profiter des effets cardioprotecteurs des gras monoinsaturés est de privilégier la consommation de végétaux qui sont de bonnes sources de ces gras (les noix, par exemple) et d’utiliser l’huile d’olive comme corps gras principal, ce qui est en gros la base du régime méditerranéen.

Les acides gras monoinsaturés

Contrairement aux gras saturés, qui sont principalement retrouvés dans les produits animaux, et les gras polyinsaturés, qui sont surtout d’origine végétale, les gras monoinsaturés ont la particularité d’être présents à la fois dans les végétaux (huiles, noix, certains fruits comme les avocats) et dans les aliments d’origine animale (viandes, produits laitiers). En conséquence, ces acides gras sont omniprésents dans notre alimentation et peuvent représenter jusqu’à 12 % de l’apport calorique total. Un rôle positif des gras monoinsaturés sur la santé cardiovasculaire a été proposé à maintes reprises, notamment en raison des résultats positifs des études portant sur l’huile d’olive. Dans l’étude randomisée PREDIMED, par exemple, les chercheurs ont observé qque les personnes dont l’alimentation est riche en huile d’olive ou en noix (deux sources de gras monoinsaturés) avaient un risque envrion 30 % moindre d’être touchées par un événement cardiovasculaire. La meilleure source de gras monoinsaturés est incontestablement l’huile d’olive (73 % de tous les gras), mais certains gras animaux, le gras de canard en particulier, contiennent également des quantités appréciables de monoinsaturés (50 % de tous les gras). En se basant sur les résultats positifs obtenus avec l’huile d’olive, il a donc été proposé que cette particularité pourrait entrainer des bénéfices similaires en termes de prévention des maladies cardiovasculaires. En comparant pour la première fois l’effet des gras monoinsaturés végétaux et animaux, l’étude décrite dans le texte montre cependant que ce n’est pas le cas et que seuls les monoinsaturés d’origine végétale sont dotés d’un effet cardioprotecteur.

Protéines végétales

Dans la deuxième étude, un groupe de chercheurs californiens a comparé l’impact des protéines d’origine végétale ou animale sur le risque de mortalité cardiovasculaire des 81,337 participants à l’étude Adventist Health Study-2. En analysant les habitudes alimentaires de ces personnes, ils ont pu séparer l’apport en protéines en 5 grandes catégories d’aliments, soit les catégories « viandes »,  « fruits, légumes et légumineuses », « céréales », « aliments transformés » et « noix et graines ».  Lorsqu’ils ont comparé la mortalité cardiovasculaire qui affectait les personnes qui adhéraient à l’une ou l’autre de ces catégories, ils ont noté que celles qui consommaient le plus de viande avaient un risque de mortalité 60 % plus élevé, tandis que celles qui préféraient les noix et graines avaient au contraire un risque 40 % plus faible.  Les autres sources de protéines ne semblent pas quant à elles influencer significativement le risque de mortalité.  En somme, ces résultats indiquent qu’un apport régulier en protéines de sources végétales, plus particulièrement en noix et en graines, combiné à une diminution de la consommation de viandes, représente la combinaison optimale pour réduire le risque de mortalité prématurée des suites d’un événement cardiovasculaire.

Ces deux études confirment l’importance d’augmenter l’apport en végétaux pour prévenir les maladies cardiovasculaires.  Non seulement parce que ce changement s’accompagne forcément d’une réduction d’aliments transformés, mais aussi parce que cette simple modification influencera à elle seule la nature des protéines, des glucides et des lipides ingérés et, du même coup, l’ensemble des phénomènes qui favorisent l’apparition et la progression des plaques d’athérosclérose.

 

 

Les acides gras oméga-3 d’origine marine et la santé cardiovasculaire

Les acides gras oméga-3 d’origine marine et la santé cardiovasculaire

Mis à jour le 22 mai 2018

Des études populationnelles en Occident et Asie ont rapporté depuis une trentaine d’années que la consommation de poissons sur une base régulière, soit une à deux fois par semaine, est associée à une réduction du risque de mortalité causée par la maladie coronarienne (voir une étude pionnière ici et des méta-analyses ici et ici). Des associations favorables entre la consommation de poisson et les risques de mortalité, toutes causes confondues, d’accident vasculaire cérébral, de diabète de type 2, de démence, de maladie d’Alzheimer et de déclin cognitif ont aussi été identifiées.

Une méta-analyse de 17 études de cohortes d’une durée moyenne de 15,9 années, auprès de 315 812 participants, indique que le fait de consommer un peu de poisson (1 portion/semaine) ou modérément (2-4 portions/semaine) est associé à un risque 16 % et 21 % moins élevé de mortalité due à la maladie coronarienne, respectivement, comparé à une faible consommation (<1 portion/semaine ou <1-3 portions/mois). L’analyse de la relation dose-effet indique que chaque 15 g additionnel de poisson consommé quotidiennement diminue le risque de mortalité coronarienne de 6 %. La consommation de poisson en grande quantité (>5 portions/semaine) n’est cependant pas associée à une réduction plus importante (17 %) du risque de mortalité coronarienne qu’une consommation modérée (21 %), un résultat qui provient d’un nombre limité d’études.

Ces observations, combinées avec les taux moins élevés de maladie coronarienne observés dans des populations (Inuits du Groenland, autochtones d’Alaska, pêcheurs japonais) qui consomment de grandes quantités de poissons riches en acides gras polyinsaturés à très longue chaîne, dont les acides gras oméga-3, ont suscité un grand intérêt pour évaluer si la consommation de ce type d’acide gras peut prévenir la maladie coronarienne. Les acides gras oméga-3 d’origine marine incluent l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et l’acide docosahexaénoïque (DHA) qu’on retrouve dans les poissons et autres fruits de la mer, mais pas l’acide alpha linolénique (ALA), un acide gras oméga-3 d’origine végétale qui procure lui aussi des bienfaits pour la santé cardiovasculaire (voir cet article).

L’American Heart Association (AHA) a publié en 2018 un avis scientifique sur les acides gras à longue chaîne de type omega-3 d’origine marine et la maladie cardiovasculaire. Selon cette analyse, les données provenant d’études prospectives et d’études cliniques randomisées appuient la recommandation de consommer des poissons et fruits de mer (non-frits), spécialement les espèces qui contiennent des niveaux élevés d’acide gras oméga-3. Le comité d’experts de l’AHA conclut qu’un à deux repas de poissons ou fruits de mer par semaine devraient être inclus dans le régime alimentaire pour réduire le risque d’insuffisance cardiaque, de maladie coronarienne, d’accident vasculaire cérébral ischémique et de mort subite d’origine cardiaque, particulièrement quand les produits de la mer remplacent de la nourriture moins saine. Consommer plus de 2 repas de produits de la mer par semaine n’est généralement pas associé à un effet bénéfique plus important ni à un effet nocif.

Les suppléments d’acides gras oméga-3 et la prévention de la maladie coronarienne.
Plusieurs études cliniques randomisées ont comparé les effets d’une supplémentation en acides gras oméga-3 (huile de poisson ou un mélange d’EPA/DHA sous forme d’esters éthyliques) avec un placebo (une huile végétale) ou l’absence de supplémentation, chez des personnes qui avaient un historique de maladie coronarienne, d’accident vasculaire cérébral, ou qui avaient un risque élevé de développer une maladie cardiovasculaire. Ces études ont généré des résultats contradictoires sur les associations entre la supplémentation en acides gras oméga-3 et les accidents coronariens mortels ou non mortels et d’autres types de maladies cardiovasculaires. Une étude italienne auprès de 11 323 survivants à un récent infarctus du myocarde a rapporté une diminution du risque d’accident cardiovasculaire de 10 % dans le groupe qui avait consommé des suppléments d’acides gras oméga-3, par comparaison au groupe témoin. Une étude japonaise auprès de 18 645 personnes qui avaient un taux de cholestérol total de 243 mg/dL ou plus, parmi lesquels 20 % seulement avaient déjà eu un accident coronarien, a aussi rapporté que la supplémentation en huile de poisson était associée à une réduction de 19 % des accidents cardiovasculaires majeurs. Aucune des autres grandes études contrôlées avec un placebo n’a montré d’associations significatives avec la maladie coronarienne ou la mortalité.

Une méta-analyse de 18 études cliniques randomisées publiée en 2017 indique que la supplémentation en acides gras oméga-3 est associée à une baisse non significative statistiquement de 6 % du risque de maladie coronarienne. L’analyse des sous-populations qui sont plus à risque montre que les acides gras oméga-3 réduisent significativement le risque de maladie coronarienne de 16 % chez les personnes qui ont des taux sanguins élevés de triglycérides (>150 mg/dL) et de 14 % chez celles qui ont des taux sanguins élevés de cholestérol-LDL (>130 mg/dL). Dans la même publication, une méta-analyse de 16 études prospectives auprès de 732 000 patients indique une association entre la consommation d’acides gras oméga-3 et une réduction significative d’accident coronarien de 18 %. Une autre méta-analyse de 14 études cliniques randomisées (71 899 participants) publiée la même année présente des résultats semblables, soit une légère réduction du risque de mortalité d’origine cardiaque de 8 % par les acides gras oméga-3 pour l’ensemble des participants, et une réduction du risque de 18 % parmi les personnes qui avaient des taux sanguins élevés de triglycérides (≥150 mg/dL) ou de cholestérol-LDL (≥130 mg/dL).

Enfin, une méta-analyse de 10 études cliniques randomisées, publiée en janvier 2018 dans JAMA Cardiology, conclut que la supplémentation avec des acides gras oméga-3 d’origine marine sur une période de 4,4 années en moyenne n’est pas associée à une réduction significative de la maladie coronarienne mortelle ou non mortelle (infarctus), ou n’importe quel autre accident vasculaire majeur. Même si elle n’est pas statistiquement significative, notons qu’une baisse de 7 % du risque de mortalité causée par la maladie coronarienne a été observée dans le groupe qui a consommé des suppléments oméga-3, par rapport au groupe qui a reçu un placebo. Par ailleurs, les auteurs précisent dans la section discussion de l’article que la marge d’erreur (intervalle de confiance [IC] de 95 %) pour certains résultats de la méta-analyse ne permet pas d’exclure qu’une diminution de 7 % du risque d’accident vasculaire majeur et une diminution de 10 % du risque de maladie coronarienne soient associées avec la supplémentation en acides gras oméga-3. Les résultats de cette récente méta-analyse ne soutiennent donc pas les recommandations actuelles de l’American Heart Association aux personnes qui ont un historique de maladie cardiovasculaire de consommer 1000 mg/jour de supplément d’acide gras oméga-3, pour prévenir la mortalité coronarienne, l’infarctus du myocarde non mortel, ou n’importe quel autre accident cardiovasculaire.

La méta-analyse publiée dans Jama Cardiology a été critiquée, entre autres par le DAlex Vasquez (voir sa présentation vidéo ou la transcription officielle). Le point majeur de cette critique est que les doses d’acides gras oméga-3 (EPA/DHA) utilisées étaient en dessous de la dose thérapeutique dans 7 études sur les 10 sélectionnées pour cette méta-analyse (<1800 mg EPA/DHA par jour). Une dose trop faible d’acide gras oméga-3 ne permet pas d’atteindre un « indice d’oméga-3 » (le contenu en EPA et DHA dans les membranes des globules rouges, un biomarqueur qui est fortement corrélé au contenu d’EPA et DHA dans tous les tissus, y compris le tissu cardiaque) suffisamment élevé pour obtenir un effet cardioprotecteur. Un indice d’oméga-3 (IO3) élevé (8-12 %) a été associé avec un risque moins élevé de maladie coronarienne et de mortalité d’origine coronarienne dans des études épidémiologiques (voir ici et ici). L’indice d’oméga-3 d’un Américain moyen qui ne prend pas de supplément est d’environ 4 à 5 %, alors qu’une alimentation riche en poissons ou la prise de supplément permet d’obtenir un IO3 de 10 %. Selon Statistique Canada, en 2012-2013 moins de 3 % des Canadiens adultes avaient des niveaux d’IO3 associés à un faible risque de maladie coronarienne (IO3≥8 %), et 43 % avaient des niveaux associés à un risque élevé (IO3≤4 %). Par ailleurs, une étude auprès de participants en bonne santé a montré que la prise de 900 mg d’EPA/DHA par jour a permis d’obtenir un IO3 médian de 7,5 %, alors que la prise de 1800 mg d’EPA/DHA par jour a permis d’obtenir un IO3 de 9,5 %.

Plusieurs grandes études en cours auprès de 54 354 participants additionnels, incluant les études ASCENDVITALSTRENGTH et REDUCE-IT, vont fournir de nouvelles données sur les effets des suppléments d’acides gras oméga-3 sur le risque d’accident vasculaire majeur et la maladie coronarienne mortelle ou non mortelle. Les études cliniques STRENGTH et REDUCE-IT en particulier sont à surveiller puisqu’elles testeront l’effet de la supplémentation en acides gras oméga-3 sur les accidents vasculaires majeurs à de plus fortes doses (3000-4000 mg/jour), chez des patients à risque qui sont traités avec une statine, mais qui ont des taux sanguins élevés de triglycérides. Les études cliniques randomisées qui sont en cours ont des protocoles de grande qualité qui devraient donner des résultats plus convaincants et définitifs sur les effets des suppléments d’acides gras oméga-3 sur la santé cardiovasculaire (voir cet éditorial).

Il y a une contradiction évidente entre les résultats des études cliniques d’intervention (supplémentation en acides gras oméga-3) et ceux des études épidémiologiques. Tel que décrit plus haut, alors que les résultats des études cliniques d’intervention sont plutôt neutres, ceux des études populationnelles indiquent clairement un effet protecteur des acides gras oméga-3 sur les accidents cardiovasculaires. Parmi les facteurs qui ont été proposés pour expliquer une telle différence, il y a que : 1) les participants des études cliniques ont été recrutés sans prendre en considération leur niveau de base d’acides gras oméga-3 sanguin et tissulaire (tel que mesuré par l’indice d’oméga-3), un important facteur prédicteur d’accident cardiovasculaire ; 2) une variabilité interindividuelle dans la réponse à un apport accru en EPA/DHA fait qu’une certaine proportion des participants qui ont consommé les suppléments a probablement des niveaux d’acides gras oméga-3 comparables à ceux de certains participants du groupe témoin (placebo) ; 3) Les participants des études ont reçu l’instruction de prendre le supplément d’EPA/DHA avec leur petit-déjeuner, un repas à faible teneur en gras qui entraîne une faible biodisponibilité des acides gras oméga-3. Autrement dit, il faudrait faire les études cliniques en recrutant des participants qui ont de faibles niveaux d’indice d’oméga-3 et traiter ces individus avec des doses personnalisées d’acides gras oméga-3, de manière à atteindre un indice d’oméga-3 élevé.

Manger du poisson ou prendre des suppléments d’huile de poisson ?
Les efforts de recherche ont focalisé sur les acides gras oméga-3 contenus dans les poissons et nous savons qu’ils sont en grande partie responsables des bienfaits de la consommation de poisson pour la santé. N’y aurait-il pas d’autres nutriments dans le poisson qui pourraient contribuer à son effet bénéfique pour la santé cardiovasculaire ? Dans les études qui ont examiné les effets de suppléments d’acides gras oméga-3, des effets favorables ont généralement été observés à des doses plus élevées que celles fournies typiquement par le régime alimentaire. Par contre, une consommation de petites quantités de poisson a été associée à des bienfaits cardiovasculaires. La chair de poisson est considérée comme une excellente source de protéines et contient peu de gras saturés. De plus, le poisson est une bonne source de vitamines, particulièrement de vitamine D et B, et contient de la taurine, un acide aminé qui a des effets bénéfiques sur le cœur. Bien que cela n’ait pas été démontré à ce jour, il est possible que des nutriments de la chair de poisson, incluant les vitamines, acides aminés et oligo-éléments (sélénium, calcium, cuivre, manganèse), puissent participer aux bienfaits cardiovasculaires, directement ou en synergie avec les acides gras oméga-3.

La contamination des poissons par des composés toxiques (par ex. : métaux lourds, biphényles polychlorés, dioxines, pesticides organochlorés) est une source de préoccupation, mais les experts sont d’avis que les bienfaits qu’apporte la consommation de poisson, particulièrement pour la santé cardiovasculaire, l’emportent sur les risques potentiels associés à la présence possible de contaminants. Il est conseillé de manger une grande variété de poissons différents et, pour les femmes enceintes ou qui allaitent, de suivre les recommandations de Santé Canada et de la Food and Drug Administration d’éviter de consommer certaines variétés de poissons prédateurs (thon frais/congelé, le requin, l’espadon, le marlin, l’hoplostète orange et l’escolier) dont la chair contient plus de mercure que d’autres poissons.

Pourquoi prendre des suppléments d’acides gras oméga-3 alors qu’on peut déguster les délicieux et nombreux poissons et autres fruits de la mer offerts sur le marché ? Pour référence, le tableau 1 ci-dessous indique le contenu approximatif en acides gras oméga-3 de différents produits de la mer, dont les poissons gras des mers froides (hareng, saumon, maquereau, thon rouge) à haute teneur en acides oméga-3.

Tableau 1. Contenu en acides gras oméga-3 dans des produits de la mer. Source USDA National Nutrient Database for Standard Reference

Produit de la merAcides gras oméga-3 par portion de 85 g
Hareng sauvage (de l’Atlantique et du Pacifique)
Saumon d’élevage (de l’Atlantique)
Saumon royal sauvage (chinook)
Maquereau sauvage (du Pacifique et chinchard)
>1 500 mg
Saumon en conserve (rose, rouge et kéta)
Maquereau en conserve (chinchard)
Maquereau sauvage (de l’Atlantique et espagnol)
Thon sauvage (thon rouge)
1 000 à 1 500 mg
Saumon sauvage (rouge, coho, kéta et rose)
Sardines en conserve
Thon en conserve (germon blanc)
Espadon sauvage
Truite d’élevage (arc-en-ciel)
Huîtres sauvages et cultivées
Moules sauvages et cultivées
500 à 1 000 mg
Thon en conserve (léger)
Thon sauvage (bonite)
Goberge sauvage (de l’Alaska)
Sébaste sauvage (du Pacifique)
Palourdes sauvages et cultivées
Crabe sauvage (des neiges, royal, dormeur)
Langouste sauvage
Vivaneau sauvage
Mérou sauvage
Plie/sole sauvage
Flétan sauvage (Pacifique et Atlantique)
200 à 500 mg
Pétoncles sauvages
Crevettes sauvages et cultivées
Homard sauvage
Crabe sauvage (bleu)
Morue sauvage
Aiglefin sauvage
Tilapia d’élevage
Silure d’élevage
Mahi-mahi sauvage
Thon sauvage (albacore)
Poisson-empereur sauvage
Produit de surimi (imitation de crabe)
<200 mg