La cigarette électronique est vraiment moins nocive que le tabac

La cigarette électronique est vraiment moins nocive que le tabac

Un article récemment publié dans le Annals of Internal Medicine confirme que les utilisateurs de substituts nicotiniques comme la cigarette électronique sont beaucoup moins exposés à des substances chimiques toxiques et cancérigènes que les fumeurs réguliers. En comparant des échantillons de salive et d’urine provenant de « vapoteurs » réguliers et de fumeurs, l’équipe du Dr Robert West a montré que ceux des vapoteurs contenaient des quantités beaucoup moindres de plusieurs molécules connues pour contribuer aux ravages du tabagisme, notamment certaines nitrosamines cancérigènes et des composés volatils toxiques comme l’acroléine, l’acrylamide et l’acrylonitrile.  Cette diminution n’est cependant pas observée chez les vapoteurs qui continuent à fumer du tabac occasionnellement, ce qui indique que la cigarette électronique ne parvient à véritablement réduire l’exposition aux toxiques que chez les personnes qui cessent complètement l’usage de tabac combustible. Lorsque c’est le cas, par contre, ces données montrent clairement que la cigarette électronique est beaucoup moins toxique que la cigarette traditionnelle et que les fumeurs peuvent donc considérablement réduire leur risque de développer les maladies liées au tabagisme en adoptant cette forme d’inhalation de nicotine.

En dépit de cette réduction substantielle des dommages, plusieurs organismes officiels au Canada et aux États-Unis sont encore farouchement opposés à la cigarette électronique parce qu’ils craignent qu’elle « renormalise » le fait de fumer et, surtout, qu’elle devienne une porte d’entrée vers le tabac chez les jeunes.  Je comprends très bien ces inquiétudes : lorsqu’on a lutté pendant 50 ans contre la cigarette de tabac, il est difficile d’accepter quoi que ce soit qui semble s’en rapprocher.

Par contre, on peut se questionner sur l’acharnement de certains chercheurs américains à tenter de démontrer que l’usage de la cigarette électronique est véritablement un tremplin vers la cigarette de tabac. Par exemple, une étude récente soutient que c’est bel et bien le cas, bien que les auteurs arrivent à cette conclusion en se basant sur le seul fait que les adolescents qui avaient essayé la cigarette électronique une seule fois au cours du dernier mois avaient également fait l’essai d’une cigarette de tabac durant l’année.  Comme le mentionne le professeur Prof. Peter Hajek qui dirige le Tobacco Dependence Research Unit à l’Université Queen Mary de Londres, ce résultat ne veut absolument rien dire, car un jeune attiré par le tabac va expérimenter plusieurs formes disponibles, sans que cela signifie que l’essai de l’un le pousse vers une autre.

En réalité, il n’y a aucune donnée qui suggère que l’usage de la cigarette électronique mène au tabagisme, bien au contraire.  La proportion des adolescents américains qui fument est en constante diminution depuis la fin des années 1990: par exemple le sondage « Monitoring the Future » rapporte que la proportion d’adolescents qui ont fumé dans les derniers 30 jours est passée de 28,3 % en 1996 à 5,9 % en 2016.  De plus, depuis 2011, année où l’usage de la cigarette électronique a commencé à augmenter rapidement aux États-Unis, la proportion d’adolescents qui fument a fortement décliné, passant de 11,7 % à 5,9 %.   Même s’il est indispensable de règlementer étroitement la vente des cigarettes électroniques auprès des jeunes, il est grand temps d’admettre que le « vapotage » n’est pas un tremplin vers le tabagisme et peut même diminuer significativement les effets catastrophiques du tabac sur la santé.

 

Cigarette électronique : solution ou nouveau problème ?

Cigarette électronique : solution ou nouveau problème ?

Pour la santé cardiovasculaire (et la santé en général), aucune intervention médicale ou chirurgicale n’est aussi efficace que l’arrêt du tabagisme. En plus, c’est la moins coûteuse ! Malheureusement, il est très difficile de cesser de fumer sans aide, avec à peine 5 % des gens qui parviennent à demeurer non-fumeurs un an après l’arrêt du tabac. On peut facilement augmenter ce taux de succès à 20 ou 25 % grâce à un programme de soutien psychologique combiné à l’utilisation de traitements pharmacologiques, mais les approches actuelles ont clairement leurs limites, car trop de fumeurs demeurent « accros » au tabac en dépit du prix exorbitant des cigarettes, de l’interdiction de fumer dans l’ensemble des lieux publics et dans plusieurs domiciles, ainsi que des effets catastrophiques bien documentés du tabac sur la santé.

L’arrivée sur le marché de la cigarette électronique (e-cigarette) pourrait apporter une nouvelle dimension à la lutte au tabac. Dans ce dispositif, une solution de nicotine est chauffée à environ 80oC à l’aide d’un atomiseur, ce qui génère un aérosol qui prend la forme d’une «vapeur» blanche d’apparence similaire à la fumée de cigarette.  Le « vapoteur » inhale donc une petite quantité de nicotine, comme un fumeur, mais la vapeur ne contient pas les multiples molécules cancérigènes et les particules fines qui sont générées lors de la combustion du tabac (à environ 900 °C). Ce dernier point est le plus important : ce sont les centaines de produits de combustion de la cigarette de tabac qui causent les problèmes de santé, et non la nicotine. Cette dernière est une drogue qui crée la dépendance au tabac et qui pousse les personnes à fumer, mais elle n’est pas responsable des maladies cardiovasculaires ni du cancer du poumon. La dépendance à la nicotine, sans les dommages liés à la combustion du tabac, est assez bénigne : plusieurs ex-fumeurs consomment des gommes de nicotine pendant des années, sans noter aucune conséquence négative sur leur santé.

En conséquence, bien que la e-cigarette ne soit pas idéale, ni sans aucun risque, la plupart des experts s’entendent pour dire qu’elle est beaucoup moins nocive que le tabac. Par exemple, dans son dernier rapport, le Royal College of Physicians d’Angleterre affirme  que « bien qu’il ne soit pas possible de quantifier de manière précise les risques à long terme associés aux cigarettes électroniques, les données disponibles suggèrent que ces risques n’excéderaient très probablement pas le vingtième (5 %) des risques associés aux produits de tabac à fumer, et pourraient bien être considérablement moindres. »

Malgré tout, plusieurs organismes officiels au Canada et aux États-Unis sont encore farouchement opposés à la cigarette électronique et refusent de croire qu’elle peut avoir des bienfaits.  Ils craignent par-dessus tout qu’elle « renormalise » le fait de fumer et, surtout, qu’elle y incite les adolescents. Je comprends très bien ces inquiétudes, car lorsqu’on a farouchement lutté pendant 50 ans contre la cigarette de tabac, il est difficile d’accepter quoi que ce soit qui semble s’en rapprocher. Je ne les partage pas, par contre, parce que ce n’est pas du tout ce que démontrent les données britanniques et françaises, où la e-cigarette est utilisée depuis plusieurs années. Dans ces deux pays, l’usage de la cigarette de tabac n’a pas cessé de diminuer chez les jeunes depuis l’arrivée de la cigarette électronique. Pour les adolescents français, la cigarette de tabac est devenue « démodée ». Peu à peu, les spécialistes britanniques et français ont compris qu’il s’agissait d’une innovation technologique qui avait le potentiel de réduire le tabagisme chez les jeunes plutôt que le contraire.

À la clinique de traitement du tabagisme du Centre ÉPIC de l’ICM, nous suggérons la cigarette électronique aux fumeurs qui n’ont connu que des échecs en utilisant les méthodes pharmacologiques reconnues. Notre expérience avec ce dispositif est très positive, car le taux de succès est d’environ 70 % et, depuis 2013, je suggère de façon routinière la cigarette électronique à mes patients cardiaques fumeurs pour les aider à cesser de fumer. Le Dr Gaston Ostiguy, pneumologue au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et pionnier de la lutte contre le tabagisme au Québec, rapporte quant à lui un taux de succès de 50 % chez ses patients, ce qui est remarquable étant donné que la plupart d’entre eux ont déjà « tout essayé » pour cesser de fumer, mais sans succès.

Mes patients qui ont cessé de fumer grâce à la cigarette électronique l’ont généralement abandonnée après un an sans retourner au tabac. Souvent, ceux qui aiment le « geste » de fumer conservent la cigarette électronique, mais sans nicotine. De plus, la nicotine sans le tabac semble causer moins de dépendance, puisque la plupart des utilisateurs réduisent leur concentration de nicotine avec le temps plutôt que de l’augmenter.

Chaque année 6 millions de personnes meurent de maladies causées par l’usage du tabac et si on évite d’être trop dogmatiques, tout en encadrant étroitement la vente de ces produits, la substitution des cigarettes actuelles par leur version électronique pourrait représenter un tournant majeur dans l’histoire de l’humanité en prévenant des millions de morts au XX1e siècle.

 

 

Le bilan de santé des Québécois : nuages noirs à l’horizon

Le bilan de santé des Québécois : nuages noirs à l’horizon

Les résultats d’une vaste enquête réalisée par l’Institut de la statistique du Québec dressent un bilan plutôt mitigé de l’état de santé des Québécois.  Les points positifs d’abord : la proportion de personnes qui fument continue de diminuer, avec 19 % de fumeurs en 2014-2015 comparativement à 24 % en 2008.   La partie n’est pas gagnée et le tabagisme demeure une cause majeure de mortalité prématurée (un fumeur sur deux décède de l’usage du tabac), mais il s’agit vraiment d’un pas dans la bonne direction.

Malheureusement, l’enquête révèle que l’effet  positif d’une réduction du nombre de fumeurs risque d’être annulé par d’autres mauvaises habitudes de vie, en particulier le surpoids et la sédentarité.  70% des hommes et 45 % des femmes de plus de 45 ans présentent un surplus de poids et un Québécois sur cinq (19 %) est obèse, soit une augmentation de 3 % depuis 2008. Il s’agit d’une situation très préoccupante, car le surpoids représente un important facteur de risque de l’ensemble des maladies chroniques, en particulier les maladies du cœur, le diabète de type 2 et plusieurs types de cancer.  Parmi les facteurs qui contribuent à cet excédent de poids, la consommation de boissons sucrées (gazeuses, énergisantes ou aux fruits) joue certainement un rôle : 19 % de la population consomme des boissons sucrées au moins une fois par jour, une proportion qui atteint 24 % et 23 % chez les jeunes de 15-24 ans.

La forte proportion de personnes sédentaires représente un autre aspect négatif de l’état de santé des Québécois. À peine la moitié de la population atteint le niveau minimal d’activité physique recommandé (150 min d’activité modérée par semaine) et 30 % est carrément sédentaire, une tendance observée même chez les jeunes de 15 à 24 ans. Puisque l’activité physique régulière diminue considérablement le risque de mort prématurée, cette sédentarité n’augure rien de bon pour la santé de la population à moyen et long terme.

Dans l’ensemble, les résultats de cette enquête montrent qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour améliorer la santé de la population québécoise. On peut se féliciter, avec raison, de la baisse du nombre de fumeurs, mais il faut être conscient que le surpoids et la sédentarité représentent de véritables bombes à retardement qui risquent de diminuer considérablement autant l’espérance que la qualité de vie des Québécois.

Source : Institut de la statistique du Québec.  L’Enquête québécoise sur la santé de la population, 2014-2015 : pour en savoir plus sur la santé des Québécois.