L’environnement social, essentiel à la santé mentale et physique

L’environnement social, essentiel à la santé mentale et physique

EN BREF

  • Un très grand nombre d’études ont établi une association étroite entre un réseau social inadéquat et un risque accru de développer une panoplie de maladies et de mourir prématurément.
  • Un des grands défis de la lutte aux maladies infectieuses comme la Covid-19 est donc de trouver un équilibre entre les mesures nécessaires pour prévenir la transmission virale, tout en maintenant un niveau d’interactions sociales suffisantes pour le bien-être mental et physique de la population.

Le confinement de la population en réponse à la pandémie de Covid-19 a permis de réduire substantiellement le nombre de personnes infectées par le coronavirus SARS-CoV-2 : selon les estimations récentes, les mesures implantées pour contenir l’épidémie ont permis de prévenir environ 530 millions d’infections au niveau mondial, incluant 285 millions en Chine et 60 millions aux États-Unis.  Ces mesures font cependant en sorte que moins de 4 % de la population semble avoir été infectée par le virus, ce qui signifie que le combat est loin d’être gagné et qu’il faut demeurer vigilant si on veut éviter d’autres vagues d’infection.

Un des principaux défis de la lutte à la Covid-19 est de trouver un équilibre entre les mesures nécessaires pour prévenir la transmission virale tout en maintenant un niveau d’interactions sociales suffisantes pour le bien-être de la population.  Les humains sont des animaux sociaux et on a beaucoup parlé, à juste titre, des effets délétères du confinement sur la santé mentale.  Ceci est confirmé par les résultats d’un sondage récemment publié dans le journal de l’association médicale américaine (JAMA) : à l’aide d’un questionnaire développé pour évaluer la présence de troubles mentaux (Kessler 6 Psychological Distress Scale),  les chercheurs ont noté qu’en avril 2020, soit pendant l’épidémie de Covid-19, 14 % des adultes américains présentaient des symptômes sérieux de détresse psychologique comparativement à 4 % en 2018. Ces symptômes étaient particulièrement fréquents chez les jeunes adultes âgés de 18 à 29 ans (24 %), ainsi que chez les ménages à faible revenu (moins de 35,000$ par année).

Atteintes physiques

Il ne faudrait pas non plus oublier que l’environnement social exerce une énorme influence sur la santé physique en général.  On sait depuis longtemps que certains paramètres de notre vie en société, en particulier le niveau d’intégration sociale, le statut socioéconomique et les expériences négatives en bas âge, sont parmi les principaux facteurs prédicteurs de l’état de santé des individus et de leur espérance de vie. Des perturbations de la vie en société, comme celles engendrées par une épidémie à grande échelle, peuvent donc à moyen et long terme avoir des conséquences négatives sur la santé de la population.

Un très grand nombre d’études ont d’ailleurs établi une association très nette entre l’adversité sociale (expériences négatives de la vie en société) et un risque accru de développer une panoplie de maladies et de mourir prématurément (Figure 1).  Trois principaux aspects ont été étudiés : Intégration sociale. Les études montrent que le niveau d’intégration sociale (interactions positives avec famille, amis et/ou collègues, support émotionnel et physique de l’entourage) augmente de 30 à 80 % l’espérance de vie des personnes (Fig. 1B).  À l’inverse, une faible intégration sociale (ce qu’on appelle aussi l’isolement social) est associée à une hausse du risque de plusieurs maladies, en particulier les maladies cardiovasculaires (Fig. 1E), et à une hausse d’environ 50 % de la mortalité globale, soit un risque similaire à celui associé à des facteurs de risque bien connus comme l’obésité, l’hypertension ou la sédentarité (voir aussi notre article à ce sujet).  Cet impact du niveau d’intégration sociale sur la santé semble être biologiquement « programmé », car des effets similaires ont été observés chez un grand nombre d’animaux sociaux, incluant les primates, les rongeurs, les baleines et les chevaux. À l’échelle de l’évolution de la vie sur Terre, le lien entre le degré d’intégration sociale et l’espérance de vie existe donc depuis plusieurs millions d’années et peut donc être considéré comme une caractéristique fondamentale de la vie de plusieurs espèces, incluant la nôtre.

Statut socioéconomique.  Une autre conséquence des mesures de distanciation sociale est de perturber l’activité économique et, du même coup, de causer une baisse ou même une perte de revenus chez plusieurs personnes.  On sait depuis longtemps qu’il existe une corrélation étroite entre les inégalités socioéconomiques (généralement mesurées par le revenu des ménages) et la santé de la population : dès les années 1930, par exemple,  on a observé au Royaume-Uni que le risque de décéder d’une maladie cardiovasculaire était deux fois plus élevé chez les hommes de classe sociale inférieure comparativement à ceux des classes supérieures.  Les études réalisées depuis ce temps ont montré que ces différences de revenus sont associées à une hausse de la prévalence d’un grand nombre de maladies (Fig. 1D) et à une diminution importante de l’espérance de vie (Figure 1A). Aux États-Unis, la comparaison du 1 % de la population la moins riche au 1 % de la population la plus riche indique que cette différence de longévité est de l’ordre de 15 ans chez les hommes et de 10 ans chez les femmes. Cette différence peut être moins prononcée dans les pays ayant un meilleur filet social que les Américains (comme le Canada), mais demeure néanmoins importante : à Montréal, par exemple, l’espérance de vie de résidants de Hochelaga-Maisonneuve était de 74,2 ans en 2006-2008, comparativement à 85,0 ans pour les résidents de Saint-Laurent, un écart de près de 11 ans. (voir notre article sur le sujet).

Expériences négatives de l’enfance.  Les premières années de vie représentent une période d’extrême vulnérabilité à l’environnement extérieur, autant physique que social. Un des dangers associés aux périodes de confinement prolongé est d’exposer certains enfants vivant dans des conditions précaires à un risque accru de traumatismes. Il semble que ce soit malheureusement le cas pour l’épidémie de Covi-19, car des pédiatres américains ont récemment rapporté une hausse anormale d’enfants admis à l’hôpital pour des traumatismes physiques sévères.

Il s’agit d’une situation extrêmement inquiétante, car il a été clairement démontré que l’adversité sociale en bas âge est associée à une hausse du risque de plusieurs maladies, incluant les maladies cardiovasculaires, les AVC, les maladies respiratoires et le cancer (Fig. 1 F), de même qu’à une plus grande susceptibilité aux infections virales et à une mortalité prématurée (Fig. 1C). Ces impacts négatifs qui se produisent durant l’enfance semblent former une empreinte durable qui persiste tout au long de la vie, même lorsqu’il y a une amélioration des conditions de vie: par exemple, une étude réalisée auprès de médecins américains a rapporté que les sujets qui avaient vécu en bas âge dans une famille à statut socioéconomique faible avaient un risque deux fois plus élevé de maladies cardiovasculaires prématurées (avant 50 ans), et ce même s’ils étaient parvenus à atteindre un statut socioéconomique élevé à l’âge adulte.

Figure 1. Association entre l’adversité sociale et le risque de maladies et de mortalité prématurée.  (A) Espérance de vie à 40 ans pour les hommes et femmes américaines selon le revenu annuel. (B) Proportion des sujets en vie après un suivi de 9 ans en fonction de l’indice du réseau social (quantité et qualité des relations sociales) (n = 6298 personnes). (C) Age moyen au décès en fonction de nombre d’expériences négatives qui se sont produites durant l’enfance (n = 17,337 personnes). (D) Prévalence de diverse maladies chez les adultes Américains en fonction de leur revenu annuel (n = 242,501 personnes). (E) Risque de maladie selon le niveau d’intégration sociale chez les adultes Américains (n = 18,716 personnes) (F) Risque de maladie selon le nombre d’expériences négatives de l’enfance (n = 9508 personnes). Tiré de Snyder-Mackler et Coll. (2020).

Rôle du stress chronique

Plusieurs études indiquent que le stress joue un rôle important dans l’association entre l’adversité sociale et la hausse du risque de maladies et de mortalité prématurée.  Toutes les formes d’adversité sociale, qu’il s’agisse d’isolement social, d’une insuffisance de revenus pour combler les besoins ou les traumatismes infantiles sont perçus par le corps comme une forme d’agression et provoque de ce fait l’activation des mécanismes physiologiques impliqués dans la réponse au stress, comme la sécrétion de cortisol et d’adrénaline.  Par exemple, il a été montré que l’exposition à une forme d’adversité sociale était associée à des modifications épigénétiques (méthylation de l’ADN) qui modifient l’expression de certains gènes inflammatoires et impliqués dans la réponse au stress. Les études montrent également que les individus qui sont isolés socialement  tendent à adopter des comportements plus néfastes pour la santé (tabagisme, sédentarité, excès d’alcool, etc.), ce qui contribue évidemment à diminuer l’espérance de vie.

Le mariage réduirait le risque de démence

Le mariage réduirait le risque de démence

EN BREF

  • Le risque de démence des célibataires à vie est 42 % plus élevé que celui des personnes mariées, alors que celui des personnes veuves est 20 % plus élevé selon une méta-analyse de 15 études auprès de 812 047 participants.
  • Une autre étude a estimé que les personnes qui n’ont jamais été mariées ont un risque 2,33 fois plus élevé de mourir prématurément que les personnes mariées durant toute leur vie. Les personnes qui ont déjà été mariées (divorcées ou séparées) ont elles un risque 1,64 fois plus élevé de mourir prématurément que les personnes mariées durant toute leur vie.

Mis à jour le 12 août 2019

La démence est devenue un enjeu de société mondial important à cause du vieillissement de la population, de l’augmentation du nombre de personnes atteintes et de l’absence de traitement efficace. Selon des estimations, il pourrait y avoir plus de trois fois plus de personnes atteintes de démence en 2050 qu’en 2010. Sachant qu’environ 60 % des cas de démence sont dus à la maladie d’Alzheimer, il pourrait y avoir 106 millions de personnes atteintes de cette maladie dans le monde en 2050, par rapport à 30 millions en 2010. Environ un tiers des cas de maladie d’Alzheimer pourraient être attribuable à des facteurs de risque modifiables. L’incidence de cette maladie pourrait être réduite en améliorant l’accès à l’éducation et en instaurant des mesures pour promouvoir la réduction des facteurs de risque vasculaires (inactivité physique, tabagisme, hypertension, obésité et diabète au mi-temps de la vie) et la dépression.

Une récente méta-analyse de 15 études auprès de 812 047 participants indique que les personnes mariées ont un risque moins élevé de développer une démence que les personnes qui ont été célibataires tout au long de leur vie et que les personnes veuves. Le risque de démence des célibataires à vie est 42 % plus élevé que celui des personnes mariées, alors que celui des personnes veuves est 20 % plus élevé. Les personnes divorcées n’ont pas plus de risque de démence que les personnes mariées, mais les auteurs notent que ce résultat peut être dû au nombre peu élevé de divorcés inclus dans les études analysées.

L’effet protecteur du mariage peut être expliqué de plus d’une façon. Premièrement, le mariage pourrait réduire l’exposition des individus aux facteurs de risque modifiables de la démence. Il y a des indications que les personnes mariées sont plus enclines à avoir un style de vie plus sain. Le risque résiduel plus élevé pour les personnes vivant seules tout au long de leur vie, après pondération pour l’âge, le genre, l’éducation et la santé physique, est probablement dû à une différence dans les interactions sociales quotidiennes. Les interactions sociales peuvent contribuer à construire une « réserve cognitive » et à réduire le risque de démence au cours de la vie. La réserve cognitive signifie qu’un individu a une plus grande capacité à surmonter des atteintes neuropathologiques en utilisant des approches cognitives compensatoires, ce qui permet au cerveau de maintenir sa capacité d’apprendre et de fonctionner dans la vie de tous les jours.

Deuxièmement, le décès d’un conjoint peut avoir un effet direct sur le risque de démence, à cause de l’effet néfaste du stress sur les neurones de l’hippocampe ou sur la cognition. Troisièmement, le développement d’une démence peut être lié à d’autres facteurs sous-jacents, tels des caractéristiques cognitives ou des traits de personnalité. Dans des sociétés où le mariage est encore la norme, les personnes qui ont moins de souplesse d’esprit et qui ont des difficultés à communiquer, et qui par conséquent développent moins de réserve cognitive au cours de leur vie sont peut-être moins enclines à se marier. Le mariage est moins commun en Occident depuis la dernière moitié du 20esiècle, et il est probable que les personnes vivant seules qui sont nées à cette époque ont moins de traits cognitifs et de personnalité inhabituels que les générations précédentes. Il semble que les célibataires d’aujourd’hui sont plus susceptibles que les personnes mariées de maintenir des liens sociaux, de donner ou recevoir de l’aide d’amis et parents.

Les facteurs de risques de démence.
Un rapport de la « Lancet Commission on Dementia Prevention, Intervention and Care » définit neuf facteurs de risque de démence potentiellement modifiables (voir tableau 1). L’éducation et la perte d’audition sont les facteurs de risque de démence les plus importants. Les facteurs de risque qui pourraient être liés aux célibataires et aux personnes veuves, tels l’isolement social (risque relatif de 1,6) et la dépression (risque relatif de 1,9), ont une fraction étiologique du risque de 2,3 % et 4,0 %, respectivement (estimation des cas de démence qui pourraient être évités si l’exposition au facteur de risque était éliminée).

Tableau 1. Facteurs de risque de démence potentiellement modifiables.
Adapté de Livingston et coll., 2017.

 Risque relatif de démencePrévalenceFraction étiologique du risque (FER) pondérée
Dans l’enfance et l’adolescence (<18 ans)
Moins d’éducation (pas du tout ou à l’école primaire seulement)1.640 %7,5 %
Âge mûr (45-65 ans)
Hypertension1.68,9 %2,0 %
Obésité1.63,4 %0,8 %
Perte d’audition1.931,7 %9,1 %
Âge avancé (>65 ans)
Tabagisme1.627,4 %5,5 %
Dépression1.913,2 %4,0 %
Inactivité physique1.417,7 %2,6 %
Isolement social1.611,0 %2,3 %
Diabète1.56,4 %1,2 %

Ne pas être marié a été associé à plusieurs comportements délétères pour la santé et à plusieurs problèmes de santé. Par exemple, une étude prospective auprès d’une cohorte de 16 311 Néerlandais indique que les personnes mariées sont plus susceptibles de pratiquer des activités positives pour la santé, comme faire de l’exercice physique ou prendre un petit-déjeuner, et sont moins enclines à entreprendre des activités néfastes pour la santé comme fumer ou boire de l’alcool en quantité excessive.

Les personnes mariées ont un risque moindre de mourir prématurément que les célibataires. Une étude a estimé que les personnes qui n’ont jamais été mariées ont un risque 2,33 fois plus élevé de mourir prématurément que les personnes mariées durant toute leur vie. Les personnes qui ont déjà été mariées (divorcées ou séparées) ont elles un risque 1,64 fois plus élevé de mourir prématurément que les personnes mariées durant toute leur vie. Si on considère l’état matrimonial au mi-temps de la vie (40-69 ans) spécifiquement, les risques de mort prématurée sont 2,59 et 3,10 plus élevés pour les personnes qui n’ont jamais été mariées et celles qui l’ont déjà été, mais qui vivent désormais seules, respectivement. Des ajustements pour tenir compte de la personnalité (optimisme vs pessimisme) et des facteurs de risques pour la santé (tabagisme, niveaux d’exercice, consommation d’alcool, etc.) réduisent, mais n’éliminent pas l’impact du statut matrimonial.

Mariage et syndrome coronarien aigu
Une étude israélienne indique que le fait d’être marié est associé à moins de conséquences graves du syndrome coronarien aigu (SCA) à court et à long terme, surtout pour les hommes. L’incidence de mortalité de toute cause à 30 jours et à 1 an était de 3,1 % et 7,6 % pour les patients atteints de SCA qui étaient mariés, comparés à 7,1 % et 15,3 % pour les patients non-mariés. Après ajustement pour des covariables, les résultats suggèrent que les patients mariés étaient 26 % moins susceptibles de mourir dans les 5 années suivantes le diagnostic de SCA que les patients non mariés. Les hommes mariés avaient un meilleur pronostic à long terme que les femmes, une disparité qui pourrait être causée par une incidence plus élevée de dépression parmi les femmes, surtout lorsqu’elles ne sont pas mariées. Les auteurs concluent que le personnel soignant devrait consacrer à l’avenir plus d’effort de prévention secondaire auprès des personnes vivant seules, tout particulièrement auprès des femmes.