Un régime alimentaire riche en flavonols est associé à un ralentissement du déclin cognitif

Un régime alimentaire riche en flavonols est associé à un ralentissement du déclin cognitif

EN BREF

  • Les participants à une étude qui avaient un apport alimentaire élevé en flavonols ont eu un déclin cognitif plus lent que ceux qui avaient un apport plus faible.
  • Un apport plus élevé en flavonols totaux était associé à un déclin significativement plus lent de la mémoire épisodique, de la mémoire sémantique, de la vitesse perceptuelle et de la mémoire de travail.
  • Parmi les flavonols considérés individuellement, le kaempférol et la quercétine étaient associés à un ralentissement du déclin cognitif, mais non pas la myricétine et l’isorhamnétine.

Les flavonoïdes sont des composés polyphénoliques retrouvés dans les plantes et en grande quantité dans les fruits et légumes tout particulièrement. Ces composés sont surtout connus pour leurs propriétés anti-inflammatoire et antioxydante. Les flavonoïdes ont été associés dans plusieurs études antérieures à un ralentissement du déclin cognitif lié au vieillissement et de la démence. Cependant, peu d’études ont tenté d’identifier quelles sous-classes de flavonoïdes ou quelles molécules individuelles sont les plus actives pour protéger la santé du cerveau. Une étude américaine publiée récemment apporte des éléments de réponse en ce sens, en évaluant l’effet de l’apport en flavonols totaux et flavonols individuels (kaempférol, quercétine, myricétine, isorhamnétine) sur la performance cognitive de personnes âgées.

L’étude a été menée auprès de 961 participants de la ville de Chicago aux États-Unis, âgés de 60 à 100 ans, qui faisaient partie de la cohorte « Rush Memory and Aging Project », et qui ont été suivis durant 6,9 années en moyenne. Les participants, dont l’âge moyen était de 81 ans au début de l’étude, étaient en majorité des femmes (75 %), de race blanche (98 %) et avaient en moyenne 15 années de scolarité. Le régime alimentaire des participants a été évalué en utilisant un questionnaire semi-quantitatif validé, et l’apport alimentaire en flavonols a été déduit à partir des données recueillies. Les performances cognitives des participants ont été évaluées annuellement avec une batterie de 19 tests standardisés.

Un apport alimentaire plus élevé en flavonols totaux et flavonols individuels était associé à une baisse du taux de déclin cognitif global et de plusieurs domaines cognitifs. Un apport plus élevé en flavonols totaux était associé à un déclin plus lent de la mémoire épisodique (souvenirs d’événements personnels), de la mémoire sémantique (mémoire des faits et des concepts), de la vitesse perceptuelle, de la mémoire de travail (mémoire à court terme), mais n’avait pas d’effet sur l’habileté de construction visuospatiale (compréhension et représentation de l’espace en 2 et 3 dimensions).

L’analyse des flavonols individuels indique que des apports plus élevés en kaempférol et en quercétine sont associés à un ralentissement du déclin cognitif. Par contre, la myricétine et l’isorhamnétine n’étaient pas associées à un effet sur le déclin cognitif global. Le kale (chou frisé), les haricots, le thé, les épinards et le brocoli étaient les aliments les plus riches en kaempférol parmi ceux consommés dans cette étude. Les tomates, le kale (chou frisé), les pommes et le thé étaient les aliments les plus riches en quercétine dans cette étude.

Les mécanismes sous-jacents à cette association favorable ne sont pas encore bien compris. Les auteurs de l’étude suggèrent que les propriétés anti-inflammatoires des flavonols pourraient diminuer l’amplitude ou la durée de la neuroinflammation. De plus, les propriétés antioxydantes des flavonols pourraient diminuer, voir prévenir, les dommages cellulaires causés par le stress oxydatif qui génère des dérivés réactifs de l’oxygène (radicaux libres, ions oxygénés, peroxydes).

Une étude antérieure du même groupe de chercheurs avait rapporté que les légumes à feuilles vertes (épinard, chou frisé, chou vert, laitue) et certains constituants dont le kaempférol était associé à un ralentissement du déclin cognitif global. Les auteurs ont conclu que « la consommation d’environ une portion par jour de légumes à feuilles vertes et d’aliments riches en phylloquinone, lutéine, nitrate, folate, α-tocophérol et kaempférol peut aider à ralentir le déclin cognitif avec l’âge. »

Le rôle protecteur de certains flavonols sur la cognition a été démontré dans des modèles animaux. Ainsi, la supplémentation en quercétine améliore la mémoire et l’apprentissage de souris transgéniques utilisées comme modèle animal de la maladie d’Alzheimer. Dans une autre étude, le kaempférol et la myricétine ont amélioré la mémoire et l’apprentissage et réduit le stress oxydatif chez des souris utilisées comme modèle de la maladie d’Alzheimer.

Le design prospectif de l’étude américaine ne permet pas d’établir de lien de causalité entre l’apport alimentaire en flavonols et la cognition. Des essais cliniques randomisés permettraient de confirmer le rôle des flavonols sur les performances cognitives et à plus long terme la prévention du déclin cognitif associé à l’âge. Ce type d’étude permettrait aussi de préciser la relation dose-réponse pour une santé cérébrale optimale. Quoiqu’il en soit, l’étude comporte aussi plusieurs points forts : grand nombre de participants, durée de l’étude, mesure robuste de la cognition par les 19 tests cognitifs, questionnaires validés. Les résultats ont été ajustés pour minimiser les facteurs de confusion résiduels, puisqu’il est possible qu’un apport alimentaire plus élevé en flavonols soit un effet indirect d’une alimentation plus saine. Parmi les limites de cette étude, il y a : l’apport alimentaire auto-rapporté est sujet au biais de rappel ; à cause de leur âge avancé, les participants ont un risque d’atteinte cognitive légère qui pourrait causer des erreurs lorsqu’ils ont répondu aux questionnaires sur l’alimentation ; il subsiste une possibilité de causalité inverse (le déclin cognitif pourrait avoir modifié les habitudes alimentaires des participants). Selon les auteurs, des analyses supplémentaires (analyses de sensibilité) indiquent cependant que la causalité inverse est peu probable.

Les résultats de cette étude suggèrent que la consommation de fruits et légumes (particulièrement les légumes à feuilles vertes) chez les personnes âgées pourrait non seulement les aider à maintenir une bonne santé en général, mais en plus à retarder ou prévenir le déclin cognitif. Toutefois, d’autres études devront être menées pour confirmer et mieux comprendre comment les flavonols ralentissent le déclin cognitif et celui de la mémoire.

Marcher en forêt a des impacts positifs sur le cerveau

Marcher en forêt a des impacts positifs sur le cerveau

Une multitude d’études ont montré que l’interaction des humains avec la nature génère plusieurs effets positifs sur la santé, autant du point de vue physique que psychologique. Une revue de ces études, récemment réalisée par notre équipe, a révélé que ces effets bénéfiques sont particulièrement convaincants en ce qui concerne la diminution du stress et de l’anxiété qui découle d’une interaction avec un milieu naturel.

Diminution de l’activité de l’amygdale

Pour mieux comprendre les mécanismes impliqués dans cette réduction du stress médiée par la nature, une équipe de chercheurs allemands s’est intéressée à la participation potentielle de l’amygdale, une région du cerveau qui joue un rôle prédominant dans la réponse au stress.

Dans cette étude, les chercheurs ont recruté 63 participants qu’ils ont répartis au hasard en deux groupes : 1) un groupe « ville », dans lequel les volontaires (31 participants) devaient marcher pendant une heure en milieu urbain (une rue commerciale de Berlin) et 2) un groupe « nature », dans lequel les volontaires (32 participants) devaient aussi marcher pendant une heure, mais cette fois dans la nature (la forêt de Grunewald, située au sud-ouest de Berlin).

En mesurant l’activité de l’amygdale de l’ensemble des participants à l’aide de l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf), avant et après le trajet qui leur avait été assigné, les chercheurs ont observé des différences majeures entre les deux groupes : alors que la marche en milieu urbain n’a eu aucun effet mesurable, la marche en forêt a quant à elle provoqué une baisse importante (environ 50 %) de l’activité de l’amygdale des participants.  De plus, cet effet était observé de façon équivalente quand les participants étaient exposés à des visages neutres ou à des visages exprimant la peur, supposés induire une réponse de stress supérieure.  Il semble donc que le simple fait d’interagir avec la nature pendant une courte période de temps est suffisant pour influencer positivement le centre cérébral impliqué dans le stress.

Même s’il est à ce stade prématuré de conclure que cette diminution de l’activité de l’amygdale est responsable à elle seule des propriétés apaisantes de la nature, ces résultats demeurent néanmoins fort intéressants, car ils montrent pour la première fois que l’interaction avec la nature a des effets positifs mesurables sur l’activité de certaines zones du cerveau, notamment dans une zone impliquée dans la réponse au stress.

La marche associée à une réduction du risque de démence, de maladies cardiovasculaires et de cancer

La marche associée à une réduction du risque de démence, de maladies cardiovasculaires et de cancer

EN BREF

  • Les participants à une étude prospective qui marchaient davantage avaient un risque considérablement réduit de démence, de mortalité prématurée (toutes causes), de mortalité due à une maladie cardiovasculaire et d’incidence du cancer.
  • L’effet bénéfique optimal de la marche est obtenu à près de 10 000 pas/jour pour les risques de démence, de mort prématurée et de cancer.
  • Aussi peu que 3800 pas/jour sont associés à une diminution du risque de démence de 25 %, soit la moitié de l’effet maximal (50 %) obtenu à 9 800 pas/jour.
  • Une plus grande intensité (nombre de pas/minute) de la marche était associée à des effets favorables sur la mort prématurée et l’incidence de maladie cardiovasculaire et de cancer.

Plusieurs études publiées à ce jour suggèrent qu’augmenter le nombre de pas marchés quotidiennement est important pour prévenir le développement des maladies chroniques et la mort prématurée. On entend souvent dans les médias ou sur les réseaux sociaux que le nombre de 10 000 pas/jour est la cible à atteindre pour bénéficier d’un maximum de bienfaits pour la santé (voir notre article sur le sujet). Certaines études indiquent pourtant qu’à 6 000 à 8 000 pas/jour l’effet protecteur maximal est atteint et que faire davantage de pas ne fait pas diminuer significativement le risque de mortalité de toutes causes, par exemple. Il y a cependant relativement peu de données sur le sujet et les études publiées à ce jour ne distinguent pas les différents types de marches (vie quotidienne vs exercice) et se sont peu intéressées à l’importance relative de l’intensité ou cadence de la marche.

Une étude prospective a récemment examiné l’association dose-effet entre la quantité (nombre de pas/jour) ou l’intensité (cadence) de la marche et l’incidence de démence. L’étude d’une durée moyenne de 6,9 années a été réalisée auprès de 78 430 personnes âgées de 40 à 79 ans faisant partie de la cohorte UK Biobank. Les participants ont porté un accéléromètre autour de leur poignet dominant 24 h par jour, 7 jours par semaine durant au moins 3 jours consécutifs et n’avaient pas de maladie cardiovasculaire, cancer ou démence diagnostiqués au début de l’étude. À partir des données recueillies par l’accéléromètre, il a été possible de déterminer :

  • le nombre de pas total/jour ;
  • le nombre de pas reliés aux activités de la vie quotidienne (ex. : marcher d’une pièce à l’autre), défini comme moins de 40 pas/minute ;
  • le nombre de pas lors d’une activité physique intentionnelle, défini comme 40 pas ou plus par minutes (ex. : marche pour faire de l’exercice) ;
  • la cadence maximale sur 30 minutes (c.-à-d. le nombre moyen de pas par minute enregistrés pour les 30 minutes, pas nécessairement consécutives, où la cadence était maximale).

À la fin de l’étude, soit 6,9 années après le début de l’étude, 866 participants avaient développé une démence. Les résultats montrent une association non linéaire entre le nombre de pas total/jour et le risque de démence . Le risque de démence diminue avec le nombre de pas total/jour jusqu’à 51 % de diminution à 9 826 pas/jour. Un nombre de pas/jour de 3 826 est associé à une diminution du risque de démence de 25 %, soit la moitié de l’effet maximal.

Figure 1. Association dose-effet entre le nombre total de pas marchés quotidiennement et l’incidence de démence.Adapté de del Pozo Cruz et coll., 2022.

 

Pour le nombre de pas reliés à la vie quotidienne, la dose optimale était de 3 677 pas/jour, avec une diminution du risque de démence de 42 %. En ce qui concerne le nombre de pas intentionnels , la dose optimale était de 6 315 pas, avec une diminution du risque de démence de 57 %. Pour la cadence maximale sur 30 minutes, la dose optimale était de 112 pas/minute, avec une diminution du risque de démence de 62 %.

Associations avec le risque de mortalité, maladie cardiovasculaire et cancer
Dans une seconde publication réalisée par les mêmes chercheurs et auprès de la même cohorte de la UK Biobank citée plus haut, l’association dose-effet entre la quantité ou l’intensité de la marche et la mortalité prématurée, la mortalité due aux maladies cardiovasculaires et l’incidence de cancer ont été examinées. Durant les sept années de l’étude, 1325 participants sont morts à cause d’un cancer et 664 participants sont morts à cause d’une maladie cardiovasculaire.

Le risque de mortalité prématurée diminue avec l’augmentation du nombre de pas total/jour, jusqu’à approximativement 10 000 pas/jour . Pour chaque 2 000 pas supplémentaires, le risque de mort prématurée diminue de 8 % , 10 % et 11 % .

Figure 1. Association dose-effet entre le nombre total de pas marchés/jour et la mortalité toutes causes confondues (panneau A), la mortalité due aux maladies cardiovasculaires (panneau B) et l’incidence de 13 cancers connus pour leur association avec un faible niveau d’activité physique (panneau C). Adapté de del Pozo Cruz et coll., 2022.

 

Les forces de cette étude sont la très grande taille de la cohorte, l’utilisation de l’accélérométrie et d’algorithmes qui ont permis de distinguer les pas marchés d’autres activités ambulatoires (un problème dans certaines études antérieures). Parmi les limitations, il y a premièrement que ce type d’étude, de nature observationnelle, ne permet pas d’établir un lien de cause à effet. Deuxièmement, les données d’accélérométrie au début de l’étude n’ont été collectées qu’une seule fois et pourraient par conséquent ne pas refléter parfaitement les habitudes de marche des participants. Cependant, des mesures multiples réalisées 4 années après le début de l’étude indiquent qu’il y a peu de variations entre les données obtenues lors des différentes mesures. De plus, il subsiste un risque de causalité inverse, c.-à-d. que la maladie (démence, cardiovasculaire, cancer) pourrait être la cause d’un faible nombre de pas marchés, malgré certaines précautions prises par les chercheurs pour minimiser ce risque.

Les chercheurs sont d’avis que la partie droite des courbes dose-effet ne reflète pas une réelle baisse d’effet favorable de la marche après 10 000 pas, mais qu’elle est plutôt le reflet de la rareté des données de marche ou d’événements (diagnostics de démences, maladie cardiovasculaire, décès) pour ces peu nombreux grands marcheurs. De plus, il est possible que certains participants particulièrement soucieux de leur santé se soient fixé une cible (popularisée dans les médias) de 10 000 pas/jour, ce qui pourrait expliquer pourquoi l’effet optimal est observé à cette quantité de marche.

Marcher davantage et marcher plus vite sont associés à des bienfaits pour la santé et la longévité. Bien que l’effet optimal pour la santé semble atteint aux alentours de 10 000 pas/jour, il faut réaliser que marcher entre 5 000 et 8 000 pas/jour permet de bénéficier grandement des effets positifs associés à la marche. De plus, il n’y a pas de seuil minimal pour l’association bénéfique entre le nombre de pas total marchés quotidiennement et la mortalité et la morbidité. Par exemple, rappelons qu’aussi peu que 3800 pas/jour sont associés à une diminution du risque de démence équivalente à la moitié de l’effet maximal obtenu à approx. 10 000 pas/jour. Les futures recommandations pour la prévention de la démence, des maladies cardiovasculaires et du cancer pourraient tenir compte de ces nouvelles données et encourager la population à marcher davantage et à une plus vive allure, afin de bénéficier optimalement des bienfaits de la marche pour la santé.

Les aliments ultra-transformés associés à une augmentation du risque de démence

Les aliments ultra-transformés associés à une augmentation du risque de démence

EN BREF

  • Parmi les participants à une étude d’observation au Royaume-Uni, ceux qui ont consommé le plus d’aliments ultra-transformés avaient un risque significativement plus élevé de développer une démence.
  • Selon une estimation, substituer aussi peu que 10 % d’aliments ultra-transformés par des aliments peu ou pas transformés dans le régime alimentaire quotidien est associé à une diminution du risque de démence de 19 %.

Qu’est-ce qu’un aliment ultra-transformé ?
Les aliments ultra-transformés sont généralement préparés à partir de 5 ingrédients ou plus, en utilisant souvent des procédés industriels complexes. Ces aliments sont peu coûteux à fabriquer, appétissants, riches en sucres, sel et gras ajoutés, mais pauvres en protéines, gras polyinsaturés et en fibres. Voici quelques exemples d’aliments ultra-transformés : plats préparés, croquettes de poulet ou de poisson, saucisses, biscuits, yogourts aux fruits sucrés, céréales pour le petit-déjeuner, barres énergétiques, boissons gazeuses, bonbons. La consommation de ces aliments denses en énergie, mais de pauvre qualité au point de vue nutritionnel a augmenté considérablement durant les dernières décades, au point qu’ils constituent aujourd’hui plus de 50 % de l’apport alimentaire total dans certains pays, tels les États-Unis par exemple (58 %).

Les aliments ultra-transformés ont été associés à des effets nocifs sur la santé tels que les maladies cardiovasculaires, le diabète, le cancer, la dépression et la mortalité de toutes causes. Des chercheurs de la Chine et de la Suède se sont demandé s’il y avait aussi un lien défavorable entre la consommation d’aliments ultra-transformés et les risques de démence.

Les chercheurs ont utilisé les données de la Biobank du Royaume-Uni, une étude prospective auprès de 72 083 participants âgés de 55 ans ou plus qui ont été suivis durant 10 ans en moyenne. Tous les participants ne montraient aucun signe de démence au début de l’étude. Après 10 ans, on a diagnostiqué une démence chez 518 participants (0,72 %), dont 287 participants (0,4 %) qui ont développé la maladie d’Alzheimer et 119 participants (0,17 %) qui ont développé une démence vasculaire. Durant l’étude, les participants ont rempli au moins deux questionnaires détaillés sur leur alimentation, ce qui a permis aux chercheurs d’estimer quel pourcentage des aliments consommés étaient ultra-transformés. Les chercheurs ont ensuite divisé les participants en quatre groupes (quartiles) selon leur niveau de consommation d’aliments ultra-transformés.

Les participants du premier quartile ont en moyenne consommé 225 g d’aliments ultra-transformés (9 % de l’apport alimentaire quotidien), alors que ceux du quartile supérieur en ont consommé 814 g (28 % de l’apport quotidien). Ce sont, dans l’ordre, les boissons gazeuses, les sucreries et les produits laitiers ultra-transformés qui étaient les aliments ultra-transformés les plus consommés. Cent-cinq participants sur les 18 021 faisant partie du premier groupe qui consommaient le moins d’aliments ultra-transformés ont développé une démence, comparé à 150 sur les 18 021 participants du groupe (quartile) qui consommaient le plus d’aliments ultra-transformés. Après ajustements des données pour tenir compte de l’âge, du sexe, de l’historique familial de démence et maladie cardiaque et d’autres facteurs, il a été estimé que pour chaque augmentation de 10 % de l’apport quotidien d’aliments ultra-transformés, les participants avaient un risque 25 % plus élevé de démence. Le lien était encore plus fort pour les démences vasculaires (28%) comparativement à la démence de type Alzheimer (14%).

Toujours selon la même étude, il a été estimé que substituer 10 % d’aliments ultra-transformés par des aliments peu ou pas du tout transformés (fruits, légumes, légumineuses, lait et viande) est associé à une diminution du risque de démence de 19 %.  Plus concrètement, une augmentation de 50g/jour d’aliment non-transformés, équivalent à une demi-pomme par exemple, en remplacement de 50g/jour d’aliments ultra-transformés (équivalent à une barre de chocolat ou une tranche de bacon) pourrait diminuer de 3% le risque de démence. Ainsi, de petits changements dans le régime alimentaire, demandant peu d’efforts, pourrait faire une différence importante dans le risque de démence d’une personne.

Une alimentation pro-inflammatoire augmente le risque de démence

Une alimentation pro-inflammatoire augmente le risque de démence

EN BREF

  • Dans le cadre d’une étude sur le vieillissement et l’alimentation réalisée en Grèce, 1 059 personnes âgées ont rapporté de façon détaillée ce qu’elles ont mangé durant trois années.
  • À la fin de l’étude, les personnes dont le régime alimentaire était le plus inflammatoire avaient un risque 3 fois plus élevé de développer une démence, comparativement à celles dont le régime alimentaire avait un indice inflammatoire faible.
  • Les principaux aliments anti-inflammatoires sont les légumes, les fruits, les grains entiers, le thé et le café. Les principaux aliments pro-inflammatoires, à éviter ou à consommer peu fréquemment et en petites quantités sont la viande rouge, les charcuteries, les farines raffinées, les sucres ajoutés et les aliments ultra-transformés.

Indice inflammatoire des aliments
Plusieurs études suggèrent que la nature des aliments que nous consommons peut influencer grandement le degré d’inflammation chronique et, par le fait même, le risque de maladies chroniques, incluant les maladies cardiovasculaires. Par exemple, une alimentation pro-inflammatoire a été associée à un risque accru de maladie cardiovasculaire, avec une hausse de 40 % du risque chez les personnes présentant l’indice le plus élevé (voir notre article sur le sujet).

Alimentation pro-inflammatoire et risque de démence
Afin de voir s’il y a une association entre une alimentation favorisant l’inflammation systémique et le risque de développer une démence, 1 059 personnes âgées résidant en Grèce ont été recrutées dans le cadre de l’étude « Hellenic Longitudinal Investigation of Aging and Diet ou HELIAD ». Seules les personnes sans diagnostic de démence au début de l’étude ont été incluses dans la cohorte. Le potentiel inflammatoire du régime alimentaire des participants a été estimé à l’aide d’un indice (en anglais le Dietary inflammatory Index ou DII) basé sur l’effet connu de divers aliments sur les taux sanguins de marqueurs inflammatoires . Les principaux aliments pro-inflammatoires sont la viande rouge, les charcuteries, les farines raffinées, les sucres ajoutés et les aliments ultra-transformés. Parmi les principaux aliments anti-inflammatoires, il y a les légumes, les fruits, les grains entiers, le thé, le café et le vin rouge.

Après un suivi d’une durée moyenne de 3 ans, 62 personnes ont reçu un diagnostic de démence. Les participants qui avaient le régime alimentaire dont l’indice inflammatoire était le plus élevé (dernier tertile) avaient un risque trois fois plus élevé d’être atteints de démence à la fin de l’étude, comparativement à ceux qui avaient le régime alimentaire le moins inflammatoire (premier tertile). De plus, il semble qu’il y ait une relation dose-effet, avec une augmentation du risque de démence qui augmente de 21 % pour chaque unité de l’indice inflammatoire.

Inflammation, interleukine-6, et déclin cognitif
L’étude réalisée en Grèce n’est pas la première à avoir été réalisé au sujet de l’impact de l’alimentation pro-inflammatoire sur l’incidence de démence. Dans une étude réalisée en Pologne auprès de 222 femmes ménopausées, celles qui avaient des déficits cognitifs avaient des concentrations sanguines d’interleukine-6 (IL-6 ; un marqueur de l’inflammation) significativement plus élevées, elles étaient moins scolarisées et étaient moins actives physiquement, en comparaison avec les femmes qui avaient des fonctions cognitives normales. Les femmes ménopausées qui avaient un régime alimentaire pro-inflammatoire étaient beaucoup plus à risque d’avoir des troubles cognitifs comparées à celles qui avaient un régime alimentaire anti-inflammatoire, et cela même après des ajustements pour tenir compte de l’âge, de l’index de masse corporelle, du niveau de scolarité, et du niveau d’activité physique. Chaque augmentation d’un point de l’indice inflammatoire alimentaire était associée à une augmentation du risque de trouble cognitif de 1,55 fois.

En complément à ces études, il est intéressant de voir qu’une méta-analyse de 7 études prospectives incluant 15 828 participants a montré qu’il y a une association entre la concentration d’IL-6 dans le sang et le déclin cognitif global chez des personnes âgées. En effet, les participants qui avaient le plus d’IL-6 circulant avaient un risque 42 % plus élevé de souffrir d’un déclin cognitif que ceux qui avaient de faibles concentrations sanguines d’IL-6.

Plusieurs études ont suggéré que l’inflammation systémique (c.-à-d. à l’extérieur du système nerveux central) pourrait jouer un rôle dans la neurodégénération, la maladie d’Alzheimer et le déclin cognitif chez les personnes âgées. Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de déficit cognitif léger ont tendance à avoir des concentrations sanguines élevées de marqueurs de l’inflammation (IL-6, TNF-α, CRP). De plus, une étude indique que les personnes qui ont des concentrations élevées des marqueurs de l’inflammation durant la mi-temps de leur vie ont un risque accru de déclin cognitif durant les dizaines d’années suivantes.

Puisque les études décrites ci-haut sont observationnelles, elles ne permettent pas d’établir un lien de causalité entre l’alimentation inflammatoire et la démence. Elles démontrent seulement qu’il y a une association. D’autres études devront être menées dans l’avenir pour établir un lien de cause à effet et identifier les mécanismes moléculaires sous-jacents.

Les résultats probants des études récentes devraient inciter les experts à recommander davantage des régimes alimentaires au contenu élevé en flavonoïdes qui diminuent l’inflammation systémique et qui sont favorables au maintien d’une bonne santé cognitive. Les régimes de type méditerranéen ou le régime hybride MIND (Mediterranean-DASH Intervention for Neurodegenerative Delay) avec une abondance de végétaux sont particulièrement efficaces pour réduire ou retarder le déclin cognitif.