Un rapport récent de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) dresse pour la première fois un bilan de l’impact de l’ensemble des maladies vasculaires sur la santé des Québécois. En utilisant les données récoltées entre 1996 et 2016 par le Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ), les chercheurs de l’INSPQ ont pu établir qu’en  2015-2016:

1) plus de 730 000 Québécois âgés de 20 ans et plus ont reçu un diagnostic de maladies vasculaires, ce qui représente une prévalence de 11,3 %.  Les cardiopathies ischémiques (infarctus, pontage, revascularisation) représentent les principales maladies vasculaires, avec une prévalence de 8 % (612 260 personnes affectées en 2015-2016) ;

2) plus de 47 000 personnes âgées de 20 ans et plus ont reçu pour la première fois un diagnostic de maladies vasculaires, ce qui représente une incidence de 8,3 ‰. Encore ici, ce sont les cardiopathies ischémiques qui sont les maladies les plus fréquentes, avec une incidence de 6 ‰ (37275 personnes affectées) ;

3) Entre 2005-2006 et 2015-2016, la prévalence des maladies vasculaires a légèrement diminué de 3,2 % tandis que l’incidence (premier diagnostic d’une maladie vasculaire) a chuté de 28 %. Le taux de mortalité due à ces maladies est cependant relativement stable (5 %, soit environ 35,000 décès annuels).

Distinction entre prévalence et incidence

Prévalence: Rapport du nombre de cas d’une maladie au sein d’une population, englobant aussi bien les cas nouveaux que les cas anciens. Incidence: Nombre de nouveaux cas d’une maladie, apparus pendant un intervalle donné au sein d’une population.

 

Dans l’ensemble, ces données indiquent que les maladies vasculaires demeurent un lourd fardeau pour le système de santé québécois. La diminution de l’incidence observée dans l’étude, bien que positive, demeure trop faible pour affecter significativement la prévalence de ces maladies. Combinée avec un taux de mortalité stable, cela signifie en pratique que le nombre de personnes qui vivent avec une maladie cardiovasculaire augmente chaque année, avec une prévalence qui est passée de 591180 à 731125 personnes entre 2005-2006 et 2015-2016.

Il faut aussi mentionner que plusieurs signaux d’alarme suggèrent que la situation actuelle, loin de s’améliorer, risque plutôt de se détériorer au cours des prochaines années. Par exemple, des données récentes montrent que l’incidence d’infarctus du myocarde n’a pas diminué au cours des dix dernières années chez les hommes de 30 à 54 ans, et qu’elle a même augmenté chez les femmes de ce groupe d’âge. La hausse fulgurante du taux d’obésité observée au cours des dernières années, en particulier chez les jeunes, risque elle aussi de freiner toute amélioration du fardeau des maladies vasculaires, car le surpoids représente un important facteur de risque de diabète de type 2, une maladie qui endommage les vaisseaux sanguins et hausse drastiquement le risque d’événements cardiovasculaires. Actuellement, une séquence d’événements typiquement observée en clinique est l’apparition d’un surpoids vers 45 ans, suivi d’un diabète de type 2 vers 55 ans et d’une maladie cardiovasculaire vers 65 ans. Il est déjà très difficile de traiter adéquatement ces conditions avec les médicaments actuels et il va de soi que la situation sera encore plus problématique si cette séquence d’événements commence dès l’enfance et l’adolescence.

Il faut aussi se rappeler que même si de plus en plus de personnes survivent à un infarctus, le patient cardiaque qui ne s’attaque pas aux causes profondes de sa maladie (alimentation, sédentarité, tabagisme) demeure à très haut risque de subir un deuxième infarctus et ultimement de développer une insuffisance cardiaque, une condition chronique et incurable dans laquelle le coeur perd sa capacité à pomper efficacement le sang.  Un nombre croissant de Canadiens sont affectés par une insuffisance cardiaque et cette condition représente non seulement une cause majeure de perte de qualité de vie des patients, mais aussi un énorme fardeau pour le système de santé (3 milliards de dollars annuellement).

La médecine moderne est sans doute sans égale pour traiter les événements aigus qui mettent soudainement la vie d’une personne en danger, comme un infarctus, et il faut se féliciter des progrès qui ont été réalisés en ce sens.  Il faut cependant réaliser que son efficacité est beaucoup plus limitée face aux maladies chroniques qui se développent insidieusement pendant plusieurs décennies, et que la seule façon réaliste de diminuer significativement le fardeau des maladies cardiovasculaires est d’empêcher leur développement à la source.   Et cette prévention est tout à fait possible, car il est maintenant clairement établi qu’environ 80 % de l’ensemble des maladies cardiovasculaires peuvent être évités ou grandement retardés à l’aide de modifications très simples de notre mode de vie : une alimentation riche en végétaux, l’activité physique régulière, une consommation modérée d’alcool et l’absence de tabagisme.

 

 

 

 

Partager cet article: