L’OBSERVATOIRE DE LA PRÉVENTION

De l’institut de cardiologie de Montréal

L’OBSERVATOIRE DE LA PRÉVENTION

De l’institut de cardiologie de Montréal

Promouvoir la prévention primaire et secondaire des maladies cardiovasculaires pour allonger l’espérance de vie en santé.

Articles récents

Espaces verts et la santé

L’urbanisation est en hausse constante sur notre planète : plus de la moitié (54 %) de la population mondiale vivait dans les zones urbaines en 2014 et il est projeté que cette proportion atteindra 66 % en 2050. L’Amérique du Nord est la région la plus urbanisée avec...

lire plus

Ailleurs sur le web

Dix fois plus d’enfants et d’adolescents obèses en 2016 qu’en 1975.
http://www.thelancet.com/
Dans le monde, le nombre d’enfants et d’adolescents obèses a augmenté de 5 millions pour les filles en 1975 à 50 millions en 2016, et de 6 millions à 74 millions pour les garçons, selon une étude publiée dans The Lancet.

L’hypertension chez les femmes dans la quarantaine associée à un risque de démence plus tard dans la vie.
http://www.neurology.org/
Selon une étude réalisée aux États-Unis auprès de 5646 personnes, les femmes (et non les hommes) qui avaient une tension artérielle élevée dans la quarantaine étaient 73 % plus à risque de développer une démence plus tard dans la vie que les femmes normotendues durant leur trentaine et leur quarantaine.

La méditation et la réduction du risque cardiovasculaire
http://jaha.ahajournals.org/
L’American Heart Association a publié un énoncé scientifique sur la méditation et la réduction du risque cardiovasculaire. Une revue systématique d’environ 400 études trouve un bienfait possible, mais pas encore concluant, de la méditation sur la réduction du risque cardiovasculaire. Étant donné le faible coût et les faibles risques associés à cette intervention, la méditation pourrait être considérée comme complément aux directives déjà établies, sachant que les bienfaits de cette intervention demeurent à être mieux établis.

La consommation de café après un infarctus du myocarde.
http://ajcn.nutrition.org/
Boire du café, décaféiné ou non, pourrait réduire le risque de mourir des suites d’une maladie cardiovasculaire ou d’une cardiopathie ischémique chez les patients qui ont subi un infarctus du myocarde, selon une étude réalisée auprès de 4365 patients Néerlandais.

L’exercice physique bénéfique pour les personnes atteintes de maladie coronarienne stable.
http://www.onlinejacc.org/
Une étude réalisée auprès 15 486 patients qui avaient une maladie coronarienne stable indique que plus ils font d’activité physique, plus le risque de mortalité (toutes causes confondues) diminue. Les plus grands bienfaits de l’exercice physique ont été observés chez des patients sédentaires et chez ceux qui avaient un risque très élevé de mortalité.

Une demi-heure d’exercice quotidien pourrait prévenir 1 décès prématuré sur 12.
http://www.thelancet.com/
Selon une étude publiée dans The Lancet auprès de 130 000 personnes dans 17 pays, l’activité physique récréative et non récréative était associée à un risque moindre de mortalité et d’accidents cardiovasculaires, tant pour les personnes vivant dans les pays à faible revenu, à revenu moyen ou à revenu élevé.

Manger après la tombée du jour associé à la prise de poids.
http://ajcn.nutrition.org/
Selon une étude publiée dans The American Journal of Clinical Nutrition, la consommation de nourriture durant la soirée ou la nuit favorise la prise de poids, indépendamment des facteurs de risque traditionnels tels que la quantité ou la nature des aliments consommés ou le niveau d’activité des individus.

Interdiction des huiles partiellement hydrogénées au Canada.
https://www.canada.ca/
Le gouvernement du Canada annonce qu’il interdira les huiles partiellement hydrogénées (HPH), la plus importante source de gras trans d’origine industrielle dans les aliments canadiens. La consommation de gras trans accroît le risque de maladie cardiovasculaire, une des principales causes de mortalité chez les Canadiens.

La pollution de l’air associée à une augmentation des hormones du stress et à une altération du métabolisme.
http://circ.ahajournals.org/
Selon une étude parue dans Circulation une exposition accrue aux particules fines (≤2,5 μm) en suspension dans l’air augmente les hormones du stress (cortisol, cortisone, adrénaline et noradrénaline), la pression artérielle, certains marqueurs moléculaires du stress et la résistance à l’insuline. Ces changements pourraient expliquer pourquoi la pollution augmente le risque de maladie cardiovasculaire et de diabète.

L’usage de la cigarette électronique permettrait à plus de fumeurs de cesser de fumer.
http://www.bmj.com/
Selon une étude réalisée en Californie et basée sur un grand nombre de fumeurs adultes, les utilisateurs de la cigarette électronique ont fait plus de tentatives et ont eu plus de succès à arrêter de fumer que les non-utilisateurs.

De longues journées de travail pourraient être nuisibles au cœur.
https://academic.oup.com/eurheartj/
Les personnes qui travaillent beaucoup (≥55 h par semaine) sont plus à risque de développer de la fibrillation auriculaire que ceux qui ont des semaines de travail d’une durée normale (35-40 h par semaine), selon une étude publiée dans le European Heart Journal.

Un mode de vie plus sain réduirait les cas de démence.
https://www.washingtonpost.com/
Jusqu’à 1/3 des cas de démence dans le monde pourraient être prévenus si l’on traitait des problèmes associés à l’éducation, l’hypertension, l’alimentation, la perte d’audition et la dépression au cours de la vie d’une personne selon un rapport présenté à l’Alzheimer’s Association International Conference à Londres.

La prise de poids durant l’âge adulte associée à un risque plus élevé de maladies chroniques et de mortalité.
http://jamanetwork.com/
Parmi les participants à une étude d’une durée de 15 ans pour les hommes et 18 ans pour les femmes, ceux qui ont pris modérément du poids (2,5 kg à 10 kg) durant l’âge adulte avaient un risque significativement plus élevé de maladies chroniques (diabète de type 2, maladie cardiovasculaire, cancer lié à l’obésité) et de mortalité que ceux qui ont maintenu un poids stable (perte de poids ≤ 2,5 kg ou gain de moins de 2,5 kg).

Les édulcorants non nutritifs ne font pas maigrir.
http://www.cmaj.ca/
Les édulcorants non nutritifs (dont l’aspartame, le sucralose et le stévioside) ne semblent pas avoir d’effets significatifs sur l’indice de masse corporel (IMC) selon une revue et une méta-analyse réalisée par une équipe de l’université du Manitoba.

Les dangers des aliments transformés.
https://www.nytimes.com/
Parmi 30 produits transformés à base de fromage testés récemment aux États-Unis, 29 contenaient des phtalates provenant des emballages et des équipements d’usine. Les phtalates sont des composés chimiques qui ont été associés à un risque d’anomalies génitales chez les nouveau-nés de sexe masculin et à des problèmes d’apprentissage et du comportement chez des enfants plus âgés.

La consommation de boissons gazeuses par la mère durant la grossesse associée à un risque d’obésité chez l’enfant.
http://pediatrics.aappublications.org/
Les femmes enceintes qui boivent des boissons gazeuses sucrées (non-diètes) durant leur grossesse sont plus susceptibles d’avoir des enfants qui ont un surplus de gras à l’âge de 7 ans.

Le changement pour un régime alimentaire de qualité associé à une réduction du risque de mort prématurée.
http://www.nejm.org/
Une étude réalisée par une équipe de l’Université Harvard indique que l’adoption d’un régime alimentaire de meilleure qualité (Méditerranéen ou DASH) sur une période d’au moins 12 ans réduit significativement le risque de mourir dans les 12 années suivantes. Les groupes d’aliments qui ont contribué davantage à l’amélioration de la diète sont : les grains entiers, les fruits, les légumes et les poissons ou autres sources d’acides gras oméga-3.

La fibrillation auriculaire serait un facteur de risque de déclin cognitif et de démence.
https://www.inserm.fr/
La fibrillation auriculaire, la forme la plus répandue d’arythmie cardiaque, serait un facteur de risque de déclin cognitif et de démence selon une étude française. L’analyse des données de la cohorte britannique Whitehall II, comprenant plus de 10 000 personnes suivies depuis 30 ans, montre qu’à tout âge, les personnes ayant une fibrillation auriculaire ont un risque de démence multiplié par deux.

Boire du café ferait vivre plus longtemps selon deux études.
http://www.lapresse.ca/
Des chercheurs européens ont constaté qu’une plus grande consommation de café était liée à un risque moindre de mortalité de toutes causes, plus particulièrement de maladies circulatoires et du système digestif. Dans une autre étude menée aux États-Unis, les personnes qui buvaient une tasse de café par jour avaient 12 % moins de risque de mourir pendant la durée de l’étude que celles n’en buvaient pas, un niveau qui a atteint 18 % pour celles en consommaient trois tasses.

Les statines en prévention primaire des maladies cardiovasculaires chez les adultes âgés de 65 et plus.
http://jamanetwork.com/
Selon une étude publiée dans JAMA Internal Medecine, il n’y a pas de bienfaits à prendre une statine chez des adultes de 65 ans et plus qui ont une hypertension et une hyperlipidémie modérées, pour la prévention primaire des maladies cardiovasculaires.

La consommation de pommes de terre frites associée à risque accru de mortalité.
http://ajcn.nutrition.org/
Parmi les 4400 participants d’une étude, ceux qui ont consommé des pommes de terre frites 2 à 3 fois ou plus par semaine avaient un risque accru de mortalité. La consommation de pommes de terre non frites n’était pas associée à une augmentation du risque de mortalité.

L’exercice : au gymnase ou dans la nature ?
http://journals.plos.org/
Les résultats d’une étude autrichienne indiquent qu’une activité physique à l’extérieur (randonnée en montagne) génère davantage d’effets positifs sur l’appréciation, l’activation cérébrale et la fatigue, comparée à une activité physique équivalente (marche sur un tapis roulant) pratiquée en gymnase.

L’exercice aide les patients atteints du cancer.
http://www.aicr.org/
Selon une revue systématique publiée dans Epidemiologic Reviews, comparés à des patients qui ne font pas ou peu d’exercice, les patients qui font de l’exercice après un diagnostic de cancer ont un risque relatif moins élevé de récurrence et de mortalité due au cancer, et ont moins d’effets secondaires.

La pollution atmosphérique augmente le risque de mort prématurée.
http://www.nejm.org/
Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine portant sur 60 millions d’Américains âgés de 65 ans et plus montre que l’exposition à long terme aux particules atmosphériques fines de moins de 2,5 µm (PM2.5) et à l’ozone augmente le risque mort prématurée.

L’obésité chez les adolescents augmente le risque de mort prématurée causée par les maladies cardiovasculaires.
https://www.sciencedaily.com/
Selon une nouvelle étude, les adolescents qui ont un indice de masse corporelle (IMC) élevé, mais aussi certains d’entre eux qui ont un IMC considéré normal sont plus à risque de mourir prématurément de maladies cardiovasculaires telles l’arythmie cardiaque mortelle, la cardiopathie hypertensive, la cardiomyopathie, l’artériopathie, l’insuffisance cardiaque ou l’embolie pulmonaire.

Subventionner l’achat de fruits et légumes pourrait être jusqu’à 5 fois plus efficace que la taxation des boissons sucrées.
http://journals.plos.org/
Une nouvelle étude américaine indique que subventionner à 10 % l’achat de fruits et légumes pourrait prévenir ou retarder plus de 150 000 décès causés par des maladies cardiovasculaires d’ici à 2030.

Les gras saturés dans la diète : à remplacer par des gras insaturés.
http://circ.ahajournals.org/
Un comité consultatif de l’American Heart Association recommande fortement de diminuer l’apport en gras saturés dans la diète (beurre, bacon, suif, huiles de palme et de noix de coco) et de les remplacer par des gras insaturés, en particulier les gras polyinsaturés (noix, huile de canola, huile de maïs, huile d’arachide, huile de carthame), pour diminuer l’incidence de maladies cardiovasculaires.

Plus de 10 % de la population mondiale est obèse.
http://www.nejm.org/
Selon une étude publiée dans le New England Journal of Medecine portant sur 195 pays, 107,7 millions d’enfants et 603,7 millions d’adultes étaient obèses en 2015. Plus des deux tiers des décès reliés à un indice de masse corporelle (IMC) élevé étaient causés par des maladies cardiovasculaires.

Acides gras de type omega-3 et diminution du risque de rétinopathie diabétique.
http://jamanetwork.com/
Une étude récente indique que la consommation d’acide gras de type omega-3, contenu dans les poissons gras, est associée à une réduction de près de 50 % du risque relatif de développer une rétinopathie diabétique chez des personnes atteintes de diabète de type 2.

Seattle est la 8e ville américaine à imposer une taxe sur les boissons sucrées.
https://www.vox.com/science-and-health/
C’est bientôt plus de 9 millions d’Américains qui seront touchés par cette taxe qui vise à réduire la consommation des boissons sucrées et diminuer le taux d’obésité.

L’intégration sociale réduit le risque de maladie coronarienne chez les femmes.
http://circres.ahajournals.org/
Selon une étude, un niveau d’intégration sociale plus élevé est associé à un risque moindre de développer une maladie coronarienne chez les femmes. La cause semble être liée à un mode de vie plus sain chez les femmes qui sont davantage intégrées socialement.   Voir aussi notre article sur l’isolement social.

La sédentarité, une cause majeure de mortalité prématurée.
http://www.wcrf.org/
L’inactivité physique est la 4e cause majeure de mortalité dans le monde. L’exercice modéré et vigoureux diminue le risque de cancer du côlon, du sein et de l’utérus selon le World Cancer Research Fund International.

Le tabac tue plus de 7 millions de personnes par an.
http://www.who.int
Selon l’OMS, la consommation de tabac tue plus de 7 millions de personnes chaque année et coûte plus de 1400 milliards de dollars (US $) en dépenses de santé et en perte de productivité.

Le chocolat lié à une diminution du risque d’irrégularité du rythme cardiaque.
http://heart.bmj.com/
Manger une petite quantité de chocolat chaque jour diminuerait le risque de fibrillation auriculaire selon une étude réalisée au Danemark.

Les boissons énergisantes pourraient être nocives pour la santé cardiovasculaire.
http://jaha.ahajournals.org/
Selon une étude publiée dans le Journal of the American Heart Association, boire une grande quantité d’une boisson énergisante augmente la tension artérielle et altère la fonction cardiaque davantage que la caféine seule.

Manger plus de fruits et légumes diminuerait le risque de maladie artérielle périphérique.
http://news.heart.org/
Selon une étude portant sur 3,7 millions de personnes, ceux qui ont mangé 3 portions et plus de fruits et légumes quotidiennement avaient un risque de maladie artérielle périphérique diminué de 18 % par rapport à ceux qui en consommaient moins.

Suppléments alimentaires : du gaspillage ?
http://www.lapresse.ca/le-soleil/
Selon Saverio Strange, médecin et chercheur à l’Université Western Ontario, la consommation de suppléments de vitamines et de minéraux n’est pas souhaitable pour la plupart des personnes et constitue un gaspillage d’argent.

L’exercice et la diète pour les adultes obèses.
http://www.nejm.org/
L’efficacité de différentes méthodes d’exercice combiné avec une diète santé a été l’objet d’une étude clinique. La combinaison d’exercice aérobique et en résistance avec perte de poids est la méthode qui a été la plus efficace pour améliorer l’état fonctionnel des adultes obèses plus âgés.

Obèse mais en forme : un mythe qui a la vie dure.
http://www.bbc.com/
Les résultats d’une étude rétrospective présentés au 24e congrès européen de l’association européenne de l’obésité (EASO) indiquent que des personnes obèses, qui n’avaient initialement aucun signe de diabète ou de maladie cardiaque, ont tout de même développé des problèmes de santé plus tard dans leur vie.

Le cerveau « pollué »: la pollution atmosphérique serait un facteur de risque de la maladie d’Alzheimer
http://www.sciencemag.org
Des chercheurs de l’Université of Southern California (USC) suggèrent qu’une exposition prolongée aux PM2.5 supérieure aux standards de l’Environmental Protection Agency’s (12 µg/m3) double le risque de démence chez les femmes âgées et pourrait être responsable d’environ 20 % de l’ensemble des cas de démences dans le monde.

Plusieurs analgésiques couramment utilisés augmentent le risque de crise cardiaque.
http://www.lapresse.ca
Selon une étude québécoise, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), dont l’ibuprofène (Advil, Motrin), le diclofenac (Voltaren, Arthrotec), le célécoxib (Celebrex et génériques) et le naproxène (Aleve) font augmenter le risque de crise cardiaque dès la première semaine d’utilisation.

Plusieurs aliments communs augmentent le risque de développer des caillots.
http://news.heart.org
Manger une grande quantité de certains nutriments (choline, lecithine, L-carnitine) contenus dans la viande, les œufs et le lait, augmente le risque de développer des caillots sanguins selon une étude parue dans Circulation.

Un mode de vie sain peut protéger le cerveau contre plusieurs facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer.
http://newsnetwork.mayoclinic.org
Contrôler la pression artérielle et le taux de cholestérol, éviter l’obésité, l’usage du tabac et le diabète sont parmi les étapes qui peuvent préserver la santé du cerveau selon une étude de la Clinique Mayo publiée dans JAMA Neurology.

Le régime sans gluten ne protège pas contre la maladie coronarienne.
http://www.bmj.com
Selon une étude prospective, la consommation d’aliments contenant du gluten sur une longue période de temps n’était pas associée à un risque de maladie coronarienne. Cependant, le fait d’éviter de consommer du gluten peut avoir pour résultat de réduire l’apport de grains entiers bénéfiques, ce qui pourrait augmenter le risque de maladie cardiovasculaire.

Viandes rouges et charcuteries associées à un risque plus élevé de mortalité.
http://www.bmj.com/
Une étude de cohorte publiée dans BMJ associe la consommation de viandes rouges et de charcuteries à un risque de mortalité plus élevé. La substitution par les viandes blanches (volailles et poissons) dans la diète a réduit le risque de mortalité. Le fer héminique présent dans le sang des viandes rouges et les nitrates/nitrites contenus dans les charcuteries ont été indépendamment associés à un risque plus élevé de mortalité.

Comment le tabac augmente le risque de maladie coronarienne.
http://circ.ahajournals.org/
Des chercheurs ont découvert que le tabagisme augmente le risque de maladie coronarienne en augmentant l’expression de la peptidase ADAMTS7, qui favorise l’accumulation de plaques d’athérosclérose. Les effets cardioprotecteurs associés à une variante du gène ADAMTS7 étaient atténués de 60 % chez les fumeurs comparés aux non-fumeurs.

Un lien entre l’obésité, le diabète de type 2 et la perte de mémoire.
http://www.diabetes.co.uk
Selon une étude récente réalisée par une équipe coréenne, la perte de mémoire observée chez des patients atteints de diabète de type 2 serait causée par un amincissement de la matière grise dans certaines régions du cerveau.

Les paquets de cigarettes neutres et la réduction de l’usage du tabac.
http://www.cochrane.org
Selon une revue systématique Cochrane, le paquet de cigarettes neutre, comportant des avertissements sanitaires, aurait réduit l’utilisation du tabac après son introduction en Australie.

Marcher dans la nature : bon aussi pour le cerveau.
www.verywell.com
Une promenade dans la nature ou dans un parc améliore l’humeur et l’acuité mentale davantage que la marche en milieu urbain.

Il y aurait des avantages à s’entraîner à jeun.
www.nytimes.com
Les sujets d’une étude récente ont métabolisé davantage de gras et brûlé un peu plus de calories en faisant de l’exercice à jeun que lorsqu’ils avaient d’abord mangé.

Les boissons « diète » sont associées à un risque accru d’AVC et de démence.
stroke.ahajournals.org
Une étude récente montre que les sujets qui ont bu de 1 à 6 boissons contenants des édulcorants artificiels par semaine avaient un risque d’AVC deux fois plus élevé que les sujets qui n’avaient consommé aucune boisson « diète ».

La taxe sur les boissons sucrées mène à une diminution de leur consommation pour une deuxième année consécutive au Mexique.
www.theguardian.com
Une baisse de consommation de 5,5 % avait été observée un an après l’introduction de la taxe suivie d’une baisse de 9,7 % dans la deuxième année, soit une diminution moyenne de 7,6 % sur deux années.

Une portion quotidienne de noix de cajou abaisse les taux de cholestérol-LDL
ajcn.nutrition.org
Malgré leur contenu en gras saturés plus élevé que celui des autres noix, un essai clinique randomisé vient de montrer que les noix de cajou exercent elles aussi un effet bénéfique sur le profil lipidique.

Les bambins américains mangent plus régulièrement des frites que des légumes.
medicalxpress.com
Selon une enquête récente, 26 percent des enfants d’un an avaient mangé des frites le jour précédent le sondage, comparativement à 7,5 % qui avaient consommé des légumes verts.

La sédentarité et les risques pour la santé

L’inactivité physique et la mauvaise alimentation sont devenues des enjeux de santé publique majeurs puisque, combinées, ces deux mauvaises habitudes de vie sont la deuxième cause réelle de mortalité après le tabagisme aux États-Unis. L’inactivité physique est aussi...

Verdir nos cités : le témoignage d’un cardiologue

Le cardiologue que je suis est très heureux d’aller à la rencontre des urbanistes. Au CHUM et à l’université de Montréal, nous recevons une multitude d’étudiants de l’étranger et à la question : « Qu’est-ce qui est le plus beau à Montréal? »; la réponse est à la...

Les Blue Zones : des régions où l’on vit mieux et plus longtemps

L’espérance de vie à la naissance au Canada en 2015 était de 84,1 ans pour les femmes et 80,2 ans pour les hommes. Elle est en hausse constante depuis un demi-siècle : en 1960 l’espérance de vie était de 74,1 ans pour les femmes et 71,1 pour les hommes. C’est...

Cardiologie environnementale: du tuteur coronarien au tuteur d’arbres.

Pourquoi le cardiologue d’intervention s’intéresse-t-il à la cardiologie environnementale? En raison d’un stupéfiant tableau de l’OMS : les hommes russes et ukrainiens (25-64 ans) ont un taux de mortalité cardiovasculaire 11 fois plus élevé (1100 % !!) que les Suisses...

Étude PURE sur l’alimentation et la santé:  des résultats surprenants, mais des conclusions prématurées.

Les résultats de l’étude PURE (Prospective Urban Rural Epidemiology) présentés au dernier congrès de l’European Society of Cardiology ont fait couler beaucoup d’encre la semaine dernière. Cette grande étude d’observation avait comme objectif d’examiner l’impact des...

Dossiers

Pour faciliter la recherche d’informations, les articles portant sur certains sujets particulièrement importants pour la prévention des maladies cardiovasculaires sont regroupés sous forme de dossiers rapidement accessibles.

Taxation

Principale source de sucres ajoutés de l’alimentation moderne, les boissons sucrées ont été à maintes reprises associées à une hausse du risque d’obésité, de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires. L’imposition de taxes sur ces produits est de plus en plus considérée comme un outil efficace pour diminuer la consommation de ces aliments et réduire leur impact néfaste sur la santé.

lire plus

Exercice physique

Un avalanche d’études ont montré que l’activité physique régulière est un véritable « médicament universel », associée à une diminution marquée du risque de maladies chroniques et à une hausse de l’espérance de vie en santé. Et la quantité d’exercice requise pour profiter de ces bienfaits est beaucoup moins élevée qu’on peut le penser.

lire plus

Tabac et cigarette électronique

En dépit des progrès considérables de la lutte anti-tabac, la cigarette demeure une des principales causes de mortalité prématurée dans notre société. Un nombre croissant d’études indiquent que la cigarette électronique pourrait s’avérer une arme de choix pour contrer les ravages associés au tabagisme.

lire plus

Le régime méditerranéen

Plusieurs études indiquent que l’adoption d’une alimentation de type méditerranéenne diminue le risque de maladies cardiovasculaires et améliore la survie des patients atteints de maladies coronariennes.

lire plus

Les collaborateurs

Martin Juneau, M.D., FRCP
Cardiologue et Directeur de la prévention, Institut de Cardiologie de Montréal. Professeur titulaire de clinique, Faculté de médecine de l’Université de Montréal.

Denis Gingras, Ph.D.
Rédacteur et coordonateur

François Reeves M.D., FRCPC
Cardiologue d’intervention, CHUM et Cité-de-la-santé de Laval. Professeur agrégé de médecine avec affiliation à l’École de santé publique, Université de Montréal.

Mathieu Gayda, Ph.D. (Physiologie de l’exercice)
Chercheur au Centre ÉPIC de l’ICM
Professeur associé, Département de médecine de l’Université de Montréal

Daniel Gagnon, Ph.D.
Chercheur au Centre ÉPIC de l’ICM
Professeur sous octroi, Département de pharmacologie et physiologie de
l’Université de Montréal

Karine Lamoureux, Dt. P.

Karine Lamoureux,  Dt. P. 
Nutritionniste au Centre ÉPIC de l’ICM

Valérie Guilbeault, kin.
Kinésiologue responsable de la réadaptation cardiaque
Centre ÉPIC de l’ICM

Elise Latour,  Dt. P. 
Nutritionniste au Centre ÉPIC de l’ICM

Observatoire de la prévention

L’Observatoire de la prévention de l'Institut de Cardiologie de Montréal (ICM), fait partie de la Direction de la prévention de L'ICM.

L’ICM est un centre hospitalier ultraspécialisé en cardiologie voué aux soins, à la recherche, à l’enseignement, à la prévention, à la réadaptation, ainsi qu’à l’évaluation des nouvelles technologies en cardiologie. Constamment à l’avant-garde, l’ICM est un leader dans son domaine et joue un rôle de premier plan au Québec, au Canada et dans le monde. Il est affilié à l’Université de Montréal.

L’Observatoire de la prévention a été créé en partenariat avec la Fondation de l'Institut de Cardiologie de Montréal (FICM).

La Fondation recueille et administre des fonds pour soutenir la recherche, les soins, l’enseignement, la prévention, la réadaptation et l’évaluation des nouvelles technologies de l’Institut de Cardiologie de Montréal. Nous encourageons ainsi l’excellence d’une institution de calibre international au service de la communauté québécoise.